The Last Tinker - City of Colors

The Last Tinker: City of Colors est un jeu de plateformes développé par le studio allemand Mimimi Productions et publié par Daedalic Entertainment.

L’histoire

The Last Tinker: City of Colors raconte l’histoire d’un jeune adolescent, Koru et de son animal domestique, Tap. Koru habite dans la banlieue de Couleurville, un endroit construit autour de la créativité, des émotions et de la collaboration.

Une force maléfique qui a pour nom la Grisaille s’attaque à Couleurville. L’objectif de cette force est de supprimer les couleurs et la joie de vivre de ce monde.

Devinez qui va se dresser contre la Grisaille ? Et bien oui, c’est Koru. En plus, c’est le personnage que vous allez jouer tout le long du jeu.

The Last Tinker - City of Colors - Koru & Tap

Le héros

Le héros du jeu donc de l’histoire est, comme je vous l’ai déjà dit, Koru.

Koru est le chainon manquant entre l’être humain et le primate.

Physiquement, il ressemble à un gentil petit singe et il est d’ailleurs tout aussi agile et tout aussi mignon.

Au niveau agressivité (il aime cogner aussi bien contre ses ennemis que contre les caisses pour récupérer des cristaux, de la vie et des couleurs) comme au niveau intelligence (il sait parler et on suppose qu’il sait lire aussi), il tient plus de l’être humain.

Les autres habitants de ce monde sont, pour ceux que j’ai pu voir, plus proche des lézards humanoïdes.

The Last Tinker - City of Colors - Gandalf

Une grande déception

Pour dire la vérité, je n’ai pas dépassé le tutoriel avec The Last Tinker. Ce n’est pas que je n’avais pas envie d’aller plus loin, mais, MAIS les touches du clavier sont configurées pour un clavier anglais. Du coup, cela rend le jeu très très difficile à jouer et au bout de 30 minutes, j’en ai eu franchement marre. J’ai donc arrêté de jouer au jeu.

J’ai trouvé un volontaire pour jouer le jeu devant moi, il n’a tenu qu’une heure… plus courageux mais pas assez pour que je découvre pleinement le jeu.

Le plus incroyable, c’est que le jeu est fait par un studio allemand. Les allemands n’ont pas le même clavier que les anglais. Tout comme les français, ils ont, en Allemagne, leur propre clavier avec les touches disposées autrement. Pourquoi avoir imposé le clavier anglais sans donner la possibilité de redéfinir les touches !???

Ma conclusion

C’est un superbe jeu de plateformes avec un très beau design et une belle musique.

Le jeu est complètement traduit en français (ce qui est génial) et il aussi disponible dans quatre autres langues. Une autre chose qui me plaît, c’est que The Last Tinker fonctionne sur toutes les plateformes d’ordinateur. C’est là où on peut reconnaître un bon jeu indépendant qui prend soin de ses joueurs.

Le gros point faible, j’en ai parlé plus tôt, ce sont les touches configurées pour le clavier anglais qu’il n’est même pas possible de personnaliser.

Si vous aimez les jeux de plateformes, si vous avez un clavier anglais, si vous aimez les jeux avec de belles couleurs et une belle histoire, alors, ne vous privez pas, achetez sur Steam le jeu The Last Tinker: City of Colors !

The Last Tinker: City of Colors est sorti en mai 2014 sur Windows, Mac et Linux (Steam).

[Total : 1   Moyenne : 3/5]