endless-space-2-galaxy

Dans l’espace, personne ne vous entend construire un Empire

Endless Space 2 est un 4x spatial développé par Amplitude et publié par Sega, disponible en accès anticipé depuis le 6 octobre 2016.

Après avoir produit un 4x fantasy de haute qualité (Endless Legend), le studio commence donc à s’affirmer sur la scène indépendante !

Avant de parler d’ES2, il est de bon ton d’aborder son prédécesseur afin de rappeler ses particularités pour le genre, et voir ensuite ce que cette suite apporte de nouveau et d’amélioré.

L’un des éléments importants dans la série Endless Space est que contrairement à la plupart des 4x spatiaux, la logique n’est pas une gestion de planètes individuelles avec des améliorations sur chacune d’entre elles, mais une gestion de systèmes planétaires.

Ainsi chaque galaxie est composée de systèmes reliés entre eux par des routes spatiales de différentes sortes, et coloniser une planète d’un système revient à posséder le système en entier.

Pareillement, lorsque vous envahissez un système, il sera ensuite entièrement sous votre contrôle en cas de réussite.

Si chaque planète peut bénéficier d’une spécialisation (boost pour l’une des ressources de base du jeu : Industrie, Brume (l’argent), Nourriture, Science) les améliorations concernent le système en entier. Cela induit une dynamique de jeu différente d’un Galactic Civilization par exemple, plus fluide avec moins de micro-gestion.

L’autre grande particularité concerne la présence de héros de divers types, acquérant de nouvelles compétences à mesure qu’ils gagnent de l’expérience. Ils peuvent être soit assignés comme gouverneur planétaire pour améliorer la production de différentes manières (plus de nourriture en fonction de la population…), soit comme amiral d’une flotte (plus de vitesse, de santé, de puissance, d’attaque, etc.).

Plus ils sont puissants, plus leur salaire par tour est élevé (et ils peuvent être blessés) mais ils sont indispensables pour avoir l’avantage sur vos rivaux.

On retrouve ensuite les éléments habituels du genre : technologies nécessaires pour coloniser des types de planètes spécifiques (désertiques, gelées…), créations de modèles personnalisés pour les vaisseaux avec des modules différents, évènements aléatoires, plusieurs types de victoire (économique, diplomatique, scientifique…), factions spécialisées customisables et ainsi de suite.

Dans l’ensemble, Endless Space premier du nom était une surprise assez rafraîchissante, bien que manquant au final un peu de profondeur et de personnalité, notamment au niveau de la diplomatie s’avérant plate et peu engageante.

Il restait du pain sur la planche pour une suite, et la version alpha de celle-ci promet-elle de belles choses ?

endless-space-2-control-panel

Endless Space : Legends

La réponse est plutôt positive pour le moment ! Au fond, on sent clairement que le studio s’appuie sur Endless Legend et a appris de ses erreurs pour présenter une version d’Endless Space plus aboutie.

Pour ceux connaissant déjà le premier opus, il ne faut donc surtout pas s’attendre à un changement en profondeur du cœur du jeu, mais bien à de multiples touches et ajouts qui le rendent plus agréables.
Voici un petit aperçu :

– Les vaisseaux d’exploration ont maintenant des sondes pour analyser les anomalies sur les planètes, ce qui rend plus vivante et intéressante la découverte de la Galaxie (plutôt que de se prendre un évènement aléatoire en arrivant dans un nouveau système).

– La colonisation d’une planète n’est plus immédiate. Un peu comme dans Beyond Earth, vous établissez un avant-poste qui se transforme en colonie complète au bout d’un certain nombre de tours. Le truc, c’est qu’un rival peut également établir un avant-poste dans le même système que vous, et il existe des moyens pour augmenter la croissance du vôtre et paralyser celle de vos voisins. Un moyen d’introduire de la compétition en début de jeu plutôt intéressante, car le premier à obtenir la colonie gagne bien évidemment le système, mais aussi tout autre avant-poste au sein de celui-ci !

– Les quêtes font leur apparition : celles disponibles pour tout le monde, et celle unique pour chaque faction, avec des récompenses pour chaque étape accomplie. En plus de donner un sentiment d’identité aux factions, cela dynamise les parties agréablement.

– Ajout des factions Mineures, qui peuvent être assimilées ou conquises.

– Gros changement : le système politique, utilisant la nouvelle ressource (déjà présente dans Endless Legend), l’Influence. Selon les choix qui vous seront proposés et les actions in-game, différents partis politiques seront influencés, leur donnant une chance ou pas d’avoir un poids dans votre gouvernement.
Selon le ou les partis en place (pacifistes, industrialistes, militaristes etc.) vous pourrez adopter différents types de loi, ce qui est de première importance pour s’adapter aux besoins actuels de votre empire. Par exemple, en pleine guerre, une loi permettant de réduire le coût de construction des vaisseaux peut être bien utile !
C’est précisément le genre de dimension supplémentaire dont le jeu avait besoin.

Il reste encore au moins quatre mois de développement, et nous ne sommes probablement pas au bout de nos surprises, notamment par rapport au système de commerce.

endless-space-2

Des météorites dans le potage

Toutefois et même pour une Alpha déjà agréable à jouer, certains aspects font clairement sentir un besoin d’amélioration.

Le plus proéminent concerne certainement l’IA, élément toujours délicat dans un 4X. Pour le moment, elle manque de bon sens, devenant agitée trop facilement et vous déclarant la guerre alors qu’elle n’a aucune chance de gagner.

Certes, c’est vexant d’être enclavé par son voisin, mais lorsqu’on ne peut pas le vaincre militairement, il vaut mieux s’attirer ses bonnes grâces…

Espérons qu’on ne retrouve pas ensuite les errances d’Endless Legend, où l’IA adore passer de la Paix à la Guerre Froide même lorsque c’est purement à son détriment !

L’arbre technologique semble un peu trop simplifié par rapport à ES1, comportant pourtant trop de technologies pour chaque type de planète (est-il besoin d’avoir une différente pour les Tundras, les planètes Neigeuses ET les planètes Glacées ?).

On pourrait également apprécier une présence plus affirmée d’améliorations systémiques spécifiques à une faction, afin de les personnaliser plus avant encore.

Et pour le moment, les quatre factions disponibles ne sont pas équilibrées. Les Cravers ont un puissant avantage (+50% dans toutes les ressources de base) pas assez compensé par le fait que toutes leurs planètes deviennent stériles après un certain temps, temps suffisamment long pour qu’ils développent une puissante force militaire.
Et comme les Cravers ne peuvent jamais être en paix avec une autre faction et sont agressifs par nature, vous voyez le tableau !

Dans l’autre extrême, les Vodyani sont à la ramasse. Leurs Arches colonisent toutes les planètes (si les technologies adéquates ont été recherchées) et doivent rester pour que le système soit actif, mais une Arche coûte de l’Essence…cqu’on ne peut obtenir qu’en utilisant des vaisseaux fragiles pour « aspirer » la population d’autres systèmes non-Vodyani. Cela force à une militarisation précoce pour protéger les vaisseaux récolteurs et des tensions avec les voisins, en plus de mener, même dans un cadre idéal, à une colonisation forcément en retard par rapport aux rivaux- surtout que chaque Arche coûte plus en Essence que la précédente ! Ajoutez une pénalité en production de Nourriture et les Vodyani n’ont pas grand-chose pour compenser ces faiblesses.

Globalement, Endless Space 2 envoie tout de même des signaux encourageants. Pour ceux n’ayant pas joué au premier opus, je recommanderai tout de même d’attendre qu’un tutorial complet soit intégré afin de ne pas se sentir trop perdu !

Pour les vétérans, Amplitude a suffisamment démontré sa compétence pour qu’on leur accorde notre confiance sur un accès anticipé.

Endless Space 2 est développé par le studio français Amplitude Studios et publié par Sega et est disponible sur Steam (Microsoft Windows) en accès anticipé depuis début octobre 2016.

[Total : 3    Moyenne : 4.7/5]