Eternal Return est un jeu d’exploration développé et publié par le studio Pathless Games.

Je tiens à rappeler que le studio derrière ce jeu est celui qui a réalisé la petite merveille (en terme de réalisation, en terme de scénario mais aussi d’idées) qui s’appelle Void.

Eternal Return est aussi plein de bonnes idées, et même plus je dirais.

Je vous précise que j’ai testé le jeu dans sa version béta, donc pas complètement achevé.

Introduction à Eternal Return

Au début du jeu, j’ai l’impression d’être devant la créature du Dr Frankenstein sauf qu’au lieu d’être un monstre reconstitué, c’est un zombie (enfin, ce n’est pas un zombie, il en a juste la forme).

Vous êtes dans une cave reliée à un système de portes donnant sur des grottes, des ruines mais aussi vers l’extérieur, bien sûr.

Vous commencez sans rien, sans équipement et très peu de vie et de constitution. Très vite, vous allez trouver une épée qui vous permettra de briser les torches mais aussi toutes les poteries (oui, je vous assure, c’est important et je regrette même qu’il n’y ait pas de caisses en bois) et surtout de tuer tous ceux qui se dressent devant vous, gardes, magiciens, prêtres, passants et sans oublier les animaux sauvages.

Vous découvrirez d’autres armes par la suite, des armes de jet comme des armes d’hast.

Découvrir, visiter et comprendre, c’est l’objectif de Eternal Return.

Le jeu a commencé.

Quelques points autour du jeu

Trouver des boules rouges et des boules vertes va vous aider à gagner plus de petites barres (en haut à gauche) de vie et de souffle. La vie vous évite de mourir du premier coup et la constitution vous permet de frapper et de sauter plus fort et plus loin.

Justement à propos de frapper et sauter, les touches à connaître sont le X pour sauter en l’air, les flèches pour bouger à gauche et à droite et K pour frapper. Je n’ai pas trouvé les autres.

L’auteur annonce 24 niveaux dans le jeu, 15 personnages non joueur avec lequel on peut interagir et une centaine d’ennemis différents (dont une quinzaine de chefs monstrueux).

Ma conclusion

Tout le monde le sait, je déteste les graphismes style rétro / pixelisé. Par contre, pour Eternal Return, j’adore l’ambiance du jeu… c’est très glauque, très gothique. J’aime aussi le principe d’un monstre qui s’ignore cherchant à comprendre ce qu’il est et ce qu’il fait là.

L’amélioration que j’attend le plus pour ce jeu, c’est la redéfinition des touches… j’ai un clavier français qui réagit très mal aux touches américaines, il est donc nécessaire que je puisse les réassigner.

Si vous aimez les ambiances noires dans un jeu, si vous aussi vous appréciez partir à la quête de votre identité, si vous n’êtes pas gêné par un graphisme pixelisé, si vous avez toujours voulu jouer un personnage ressemblant un zombie, et bien, tenez vous prêt car ce jeu va être disponible d’ici fin février 2017. En attendant, je vous conseille d’aller sur la page Steam du jeu Eternal Return et de suivre le jeu pour être prévenu quand il est disponible.

Eternal Return est attendu pour le 24 février 2017 sur Steam (Microsoft Windows, Mac et Linux).

[Total : 0    Moyenne : 0/5]