The Horus Heresy: Betrayal at Calth est un jeu de stratégie et de tactique développé et publié par le studio Steel Wool Studios.

Je tiens à préciser que lorsque j’ai joué au jeu, il était en accès anticipé. Cette version alpha a un contenu plus réduit (par exemple, la campagne est divisée en 5 chapitres et uniquement le premier est disponible) et nécessite quelques ajustements en terme de jouabilité.

Il faut savoir que The Horus Heresy: Betrayal at Calth se déroule dans le monde de Warhammer 40000, un univers de science fiction inventé par Games Workshop.

Après une période d’obscurité, l’Empereur de la Terre a créé 20 légions de Space Marine (des soldats d’élite et aussi des surhommes) dirigées par ses fils. Ces légions parcourent l’univers et reconstruisent l’Empire terrien en combattant les forces extra-terrestres.

Après plusieurs siècles de combat, l’Empereur passe la main à un de ses fils, Horus, qui devient le Maître de Guerre. Horus se laisse corrompre par les seigneurs du chaos et décide de détrôner l’Empereur pour prendre sa place. Il convainc 8 autres légions de le rejoindre dont les Word Bearers (la XVIIème légion) dirigés par Lorgar.

Les Word Bearers doivent exécuter des exercices militaires avec les Ultramarines (la XIIIème légion) fidèle à l’Empereur. Roboute Guilliman, le chef des Ultramarines n’est pas au courant de la trahison de la XVIIème légion.

Les deux légions se rassemblent autour de la planète Calth de la XIIIème légion.

Introduction à The Horus Heresy: Betrayal at Calth

Vous jouez le Magos Sarc du Mechanicum de Mars. Le Mechanicum s’occupe de tout ce qui est technologie au sein de l’Empire. Ils construisent, ils recherchent, ils innovent et surtout ils supportent les différentes légions. Le Mechanicum reste fidèle à l’Empereur pour certains et supportent Horus pour d’autres. Une dernière chose sur le Mechanicum, les responsables, comme le personnage que vous jouez, étaient à l’origine humain, aujourd’hui, ils ressemblent plus à des cyborgs.

Alors que vous êtes en charge des défenses de la ville, un virus en provenance du Chaos pénètre votre réseau et rend tout votre système informatique inutile. La ville est sans défense. Vous sortez vers l’extérieur et vous découvrez un vaisseau s’écrasant sur la ville ainsi qu’une pluie de missiles.

Il faut que vous trouviez un ordinateur non connecté au réseau lors de l’attaque du virus pour reprendre le contrôle de la défense.

En cherchant à travers la ville, vous allez être rejoint par une troupe d’Ultramarines et découvrir que les Words Bearers ne sont pas venus en paix et qu’ils sont les responsables de tout !

Quelques points autour du jeu

Le jeu peut se jouer en 3D, vous donnez les ordres aux différentes unités qui vous ont rejoint. Vous pouvez aussi jouer en 2D avec une vue de la zone beaucoup plus tactique.

The Horus Heresy: Betrayal at Calth peut se jouer à travers la campagne qui a été résumée dans la paragraphe précédent ou bien sur des cartes où vous affrontez d’autres joueurs ou intelligences artificielles contrôlées par l’ordinateur. Dans la partie multijoueurs, vous avez le choix entre la XIIIème et la XVIIème légion.

Vous découvrirez, en jouant au jeu, qu’il y a plusieurs types de space marines. Selon leur tenue et selon leur équipement, vous devez adopter une logique de jeu différente.

Ma conclusion

La réalisation de ce jeu indépendant est superbe même si je dois avouer que l’approche n’est pas très logique (je suppose que c’est lié au fait que The Horus Heresy: Betrayal at Calth fonctionne aussi en réalité virtuelle).

Si vous êtes tout comme moi un grand amateur du monde de Warhammer 40000, je ne peux que vous encourager à acquérir ce jeu dans la boutique de Steam, c’est le premier à retracer la bataille de Calth. Faites vous plaisirs, achetez The Horus Heresy: Betrayal at Calth dès maintenant.

The Horus Heresy: Betrayal at Calth est disponible depuis le 20 décembre 2017 en accès anticipé sur Steam (Microsoft Windows). La version définitive devrait être accessible courant 2018. Le jeu fonctionne en réalité virtuelle avec le HTC Vive et l’Oculus Touch.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]