Samsara est un jeu de réflexion développé et publié par le studio néo-zélandais Marker Limited.

Je suis persuadé que le mot Samsara vous dit quelque chose. C’est normal, il y a un film qui porte ce nom, mais il y a aussi un livre, une BD, un groupe de rock et c’est aussi le nom d’un parfum. A la base, il semble que ce soit un concept religieux indien, vous savez le principe de renaissance lorsqu’une personne décède.

Introduction à Samsara

Vous jouez une jeune collégienne, Zee, qui se retrouve coincée dans plusieurs mondes parallèles appelés Samsara.

Dans chacun de ces mondes, Zee doit résoudre une énigme consistant à reconstruire le chemin qui va l’amener vers le téléporteur lui ouvrant les portes du niveau suivant. Zee a plus de 70 niveaux à franchir pour quitter Samsara.

Plus elle s’enfonce dans les mondes, plus l’accès au téléporteur se complique avec, par exemple, des mini-téléporteurs de couleur, le déplacement de Zee mais aussi le placement de pièces dans le reflet en plus du monde réel, la gestion d’un alter-ego, etc.

Mais je me rend compte que je n’ai pas expliqué la finalité de Samsara. Zee sort d’un téléporteur (qui disparaît aussitôt) et vous devez l’aider à rejoindre un autre téléporteur qui l’amènera au niveau suivant.

Zee marche que dans une direction sauf quand elle rencontre un mur et là, elle fait demi-tour et marche dans l’autre sens. Si elle se trouve devant un trou (même un petit trou pas trop haut), elle tombe et vous devez recommencer à zéro le niveau. Pour accéder au téléporteur, vous devez positionner des pièces permettant à Zee de progresser sans danger. Rassurez-vous, vous pouvez faire pivoter ces pièces.

Quelques points autour du jeu

Il n’y a pas une multitude de possibilités pour placer les éléments et construire le parcours de Zee, il n’y a qu’une seule solution et c’est à vous de la trouver. Evidemment, dans les premiers mondes, c’est simple mais par la suite, vous allez découvrir que vous passez de plus en plus de temps à trouver la bonne combinaison (forcément, en tenant compte de tous les facteurs).

Certains affirment que Samsara peut se jouer intégralement en deux heures, je dois avouer que je n’ai pas réussi. Alors, soit celui qui affirme ça est un gros pipoteur, soit avec l’âge j’ai mon cerveau qui commence à rouiller !

Ma conclusion

Globalement, j’aime beaucoup ce jeu indépendant. C’est une très bonne réalisation qui est ultra bien faite.

Ce que j’aimerai bien voir avec ce jeu, c’est la sortie d’une extension (un DLC) où il serait possible de trouver d’autres personnages (genre un garçon, un ours, un chat, une boule, …) et bien sûr quelques mondes supplémentaires.

Si je dois vous donner un seul conseil, aujourd’hui (en plus de passer votre journée devant l’ordinateur à jouer), c’est d’acheter de suite cet excellent jeu, Samsara, dans la boutique de Steam. Le prix est correct, le jeu est traduit en français et c’est de la balle… que demander de plus ?

Samsara est disponible depuis le 7 février 2018 sur Steam (Microsoft Windows et Mac) et sur console (Xbox One).


[Total : 1    Moyenne : 5/5]