Suicide Guy est un jeu de réflexion développé par le développeur italien Fabio Ferrara et publié Chubby Pixel.

Quand je dis que c’est un jeu de réflexion, je parle d’un point de vue global car Suicide Guy est composé de 25 niveaux et chacun d’entre eux est une histoire, un jeu à part entière. Pour chacun de ces niveaux, vous devez réfléchir sur la manière de vous tuer (d’où le jeu de réflexion) et pour cela, il y aura soit de l’action ou soit des plateformes (mais de toutes façons, pour tous les niveaux, il faut réfléchir).

Jouer à un jeu où il faut se suicider niveau après niveau peut sembler extrêmement glauque, mais je vous rassure, ce n’est pas le cas.

Introduction à Suicide Guy

Tout le monde connaît Homer Simpson et bien vous jouez l’équivalent mais sauf qu’au lieu d’être jaune, il est rose et il a une grosse barbe de bucheron… pour les fringues et la mentalité, c’est quasiment la même chose.

Notre héros s’appelle… hmm… tiens, appelons-le Robert ! Alors que Robert regarde la télévision affalé sur son divan, il s’endort. Voilà le niveau zéro. Il ouvre les yeux et se retrouve en haut d’un immeuble. Il y a une statuette à récupérer sur le toit de la cage d’escalier (les statuettes débloquent des niveaux supplémentaires) et ensuite à plonger dans le vide. La mort permet de revenir dans la réalité.

Robert prends sa bière, boit une gorgée et replonge dans le monde des rêves. Sa bière glisse tout doucement de sa main. Cette fois-ci, Robert est le cuistot d’un restaurant et il doit vivre 16 rêves pour se réveiller avant que sa bière ne tombe sur le sol.

Son premier rêve se situe dans un train. Il faut sortir et sauter du train puis se positionner sur les rails pour se faire écraser quand le train suivant arrive. Niveau 1 terminé, nous passons au suivant !

Bienvenue dans Suicide Guy !

Quelques points autour du jeu

25 niveaux et 16 rêves… et les 9 niveaux manquants ? Rappelez-vous, il y a des statuettes à retrouver pour débloquer des niveaux supplémentaires, ces niveaux manquants.

Beaucoup de niveaux sont des clins d’oeil à des classiques… je peux vous citer Mario, Star Trek, Frankenstein, Moby Dick, Mad Max, Portail (le jeu), etc.

Un point dérangeant, c’est le titre : Suicide Guy. Je me doute que les auteurs ne pensent pas à mal en évoquant le suicide, mais il en reste pas moins que le suicide est un fléau et l’encourager avec autant de façons, ça met mal à l’aise. Un titre plus en accord avec Robert aurait été mieux !

Ma conclusion

J’aime énormément Suicide Guy. C’est un excellent jeu indépendant que je peux conseiller à tout le monde. La réalisation est superbe (même s’il y a quelques petits bugs), l’idée aussi et ne parlons pas du prix qui est à moins de 5 euros.

Ce que j’aimerais, c’est la sortie d’une extension (un DLC) avec des niveaux supplémentaires… voir Robert replonger dans un autre rêve… ou une suite !

Si vous voulez vous offrir de longues heures de plaisir, c’est le moment d’acheter Suicide Guy dans la boutique de Steam, vous ne le regretterez pas, promis !

Suicide Guy est disponible depuis le 14 juillet 2017 sur Steam (Microsoft Windows, Mac et Linux).

[Total : 2    Moyenne : 2.5/5]