Suicide Guy: Sleepin’ Deeply est un jeu de réflexion développé par le développeur italien Fabio Ferrara et publié par Chubby Pixel.

Avant tout, je tiens à signaler que Chubby Pixel est un éditeur de jeux indépendants de qualités que ce soit la série Woodle Tree ou celle de Suicide Guy. Justement, le dernier jeu que j’ai testé de Chubby Pixel est Suicide Guy (sorti en juillet 2017).

Comme vous l’avez compris, Suicide Guy: Sleepin’ Deeply est la suite de Suicide Guy, l’histoire est légèrement différente mais le principe reste le même, il faut trouver le moyen de se suicider dans chacun des niveaux.

Introduction à Suicide Guy: Sleepin’ Deeply

Voici un rapide résumé du premier épisode… vous jouez un personnage qui a tout du Homer Simpson en version bucheron (appelons le Robert). Robert est affalé dans son fauteuil en train de boire une bière. Il s’endort devant la télévision, sa bière glisse doucement de sa main et il se met à rêver. Robert doit mourir dans chacun de ses rêves pour se réveiller à temps avant que sa bière tombe sur le sol.

Dans ce nouvel épisode, Suicide Guy: Sleepin’ Deeply, nous retrouvons de nouveau Robert. Robert est avachi dans son fauteuil et regarde les réclames. Il a fait attention, sa bière est sur une petite table à côté de lui. Justement, c’est une réclame pour une toute nouvelle bière, la Bière Extra Forte XXX avec 99,9% d’alcool. Mais, c’est la bière qu’a acheté Robert hier et qui l’attend dans le réfrigérateur.

A peine Robert a-t-il bu une gorgée de sa bière qu’il se retrouve de nouveau dans le monde des rêves et cette fois le voilà attaché sur son fauteuil (situé dans une barque proche d’une côte) et attaqué par un kraken !.

Vous allez devoir trouver le moyen pour vous faire écraser par une des tentacules du Kraken. Une fois que c’est fait, vous vous retrouvez de nouveau dans le restaurant et vous devez dans chacune des histoires trouver le moyen pour mourir et revenir ainsi dans votre réalité (fauteuil, bière, télévision).

Quelques points autour du jeu

Suicide Guy: Sleepin’ Deeply compte un total de sept niveaux plus trois niveaux bonus. Normalement, vous débloquez ces bonus si vous attrapez les figurines dans les sept autres histoires.

Vous pouvez porter des objets (par exemple, dans l’histoire avec le Kraken, la caisse pour accéder à la catapulte ou récupérer la statuette) mais aussi les pousser (toujours la caisse, mais aussi l’oeil du Kraken pour qu’il vous aime et la pierre, pour qu’il vous déteste). Vous pouvez aussi manipuler des instruments (toujours pour le niveau du Kraken) comme la catapulte ou la grue.

Attention, si vous n’avez pas testé le premier épisode, sachez que Suicide Guy: Sleepin’ Deeply est une suite avec tout cela implique, moins de niveaux et des niveaux plus difficiles. Il me semble incontournable de jouer en premier à Suicide Guy… ça vous permettra de faire connaissance avec Robert et le principe du jeu !

Ma conclusion

J’aime beaucoup ce jeu indépendant, tout est bon dedans en commençant par les objets modélisés, le design, la musique et bien évidemment, la programmation. Si vous regardez les tous premiers jeux du studio, la progression est impressionnante.

Alors, c’est évident qu’il faut acquérir Suicide Guy: Sleepin’ Deeply dans la boutique de Steam (bien sûr, si vous avez déjà le premier épisode, sinon, ce sont les deux qu’il faut prendre), en plus, son prix est tout à fait correct… moins qu’un paquet de cigarettes pour les fumeurs !

Suicide Guy: Sleepin’ Deeply est disponible depuis le 7 juin 2018 sur Steam (Microsoft Windows, Mac et Linux) et sur console (Nintendo Switch). Les versions pour PlayStation 4 et Xbox Un sont attendues pour plus tard.

[Total : 1    Moyenne : 5/5]