Edge Of Eternity est un jeu de rôle développé par le studio français Midgar Studio et publié par Playdius.

Midgar Studios, ça vous rappelle quelque chose ? Voilà, c’est le studio derrière Hover : Revolt Of Gamers (sorti en mai 2017).

Quand à l’éditeur, Playdius, c’est le nouveau nom (ou une marque) de Plug In Digital. Le dernier jeu que j’ai eu l’occasion de tester est Cyberline Racing (sorti en mars 2017).

Bon, il faut vous dire la vérité concernant Edge Of Eternity, ce jeu est une fabuleuse surprise et après y avoir joué quelques heures, j’ai des tonnes de choses à partager. Par manque de place, je ne vais aborder que certains points.

Notez aussi que lorsque j’ai joué au jeu, il était en accès anticipé, ce qui explique les petits problèmes que j’ai rencontré, je ne vous en parlerai donc pas et vais me concentrer sur le reste, sur ce que j’aime.

Introduction à Edge Of Eternity

Sur la planète Heryon, les habitants font face à des envahisseurs extra-terrestres. Magie, technologie, biologie, tous ces éléments sont utilisés par les adversaires lors de leurs combats. Les extra-terrestres utilisent une nouvelle arme pour combattre les habitants, la fièvre du métal, une maladie déformant les corps et rendant agressif, très agressif face à tout le monde.

Daryon est un soldat dans ce conflit qui le dépasse jusqu’il reçoive une lettre de sa soeur, Sélène. Elle l’informe que leur mère a été touchée par la fièvre du métal et lui demande de venir l’aider. Daryon trouve enfin l’occasion d’être utile, abandonne son poste et rejoint sa soeur.

Le jeu débute quand les deux se retrouvent.

Quelques points autour du jeu

Edge Of Eternity compte deux interfaces.

La première est celle de l’histoire, quand vous vous promenez que ce soit dans les plaines, dans la ville, etc. Sur cette interface, vous pouvez récolter des plantes, des métaux mais aussi fouiller des coffres et interagir avec les personnages (discuter, acheter/vendre, obtenir des quêtes, etc).

La seconde, c’est celle des combats. Chaque personnage (ou monstre ou animal sauvage ou …) agit en fonction de sa dextérité (enfin, l’équivalent du jeu), plus vous êtes rapide, plus vous agissez vite et plus vous réagissez de nouveau vite. Quand c’est le tour d’un de vos personnages, il ne peut faire qu’une action (déplacement, attaque, lancer un sort, consommer une potion). Daryon, par exemple, peut frapper en lançant un sortilège (ce qui fait plus de dégâts qu’un coup normal) mais comme c’est un guerrier, sa mana se vide vite.

Bon, comme tout bon jeu de rôle, il y a une gestion des équipements, de l’armement, mais aussi la fabrication d’objets (à condition d’avoir le plan et ramasser les ressources nécessaires) et, spécifiquement dans Edge Of Eternity, la gestion des cristaux.

Ici ou là, vous allez récupérer des cristaux ou des fragments de cristaux. Ces cristaux que vous assignez à l’arme d’un de vos personnages apportent des bonus (magie, défense, combat, vitesse, armure…) mais aussi pour certains de nouveaux sortilèges.

Une très bonne nouvelle, les joueurs peuvent créer des modules pour Edge Of Eternity. Ils seront sur le workshop de Steam. C’est le début et pour l’instant, il y en a moins d’une dizaine.

Ma conclusion

Franchement, j’ai été très très agréablement surpris par ce jeu indépendant. Je ne suis pas trop JRPG et je m’attendais à un jeu de rôle fait avec un des quelconques makers disponible sur le marché, mais non, c’est un excellent jeu de rôle avec un superbe potentiel. Bravo !

Alors, il est évident que je vous conseille d’acheter Edge Of Eternity tout de suite dans la boutique de Steam, ce n’est pas possible de le regretter ensuite. Et puis, quelque part, le prix me semble tout à fait correct, 20 euros, c’est peu par rapport à ce que vous avez dans les mains ! Merci Midgar Studio et merci Playdius !

Edge Of Eternity est disponible depuis le 5 décembre 2018 en accès anticipé sur Steam (Microsoft Windows). La version définitive est attendue pour courant 2020 et le jeu devrait alors être aussi jouable sur consoles (PlayStation 4 et Xbox Un).

[Total : 0    Moyenne : 0/5]