The Wild Age est un jeu de stratégie développé et publié par le studio tchèque McMagic Productions.

C’est, il me semble, le premier jeu du studio McMagic Productions.

Une chose que je déteste faire, c’est de comparer deux jeux ensemble, mais pourtant, quand la comparaison permet de faire avancer le schmilblick, il y a aucune raison de s’en priver. Vous connaissez tous Kingdom: New Lands (sorti en aout 2016) ? Et bien, The Wild Age reprend le principe avec une vision 3D et différentes modifications.

Notez que lorsque j’ai joué à The Wild Age, il était en accès anticipé… et le plus incroyable, c’est que je ne m’en suis même pas rendu compte !

Le jeu est bien. Bon. Je m’excuse et je recommence. The Wild Age est extraordinaire. Malheureusement, je ne vais pas pouvoir en parler dans son intégralité, il y a trop de bonnes choses à dire, je vais donc vous faire part des points qui m’ont particulièrement marqué.

Introduction à The Wild Age

L’histoire n’est pas bien compliquée en soit. Vous jouez un chevalier ou une chevalière (c’est tellement ridicule qu’il y a de quoi s’écrouler de rire même s’il y a des exceptions très célèbres comme Jeanne d’Arc ou Éowyn) et vous avez été banni par votre Roi ou Reine. Pourquoi, nous l’ignorons et ce n’est pas la question. Riche de quelques pièces d’or, vous voyagez pendant plusieurs jours pour atteindre les limites des terres. Face à vous, vous voyez un archipel, vous prenez un bateau et atteignez la première île.

Sur cette île, vous créez votre camp et tout de suite, deux marchands viennent s’installer : un vendeur d’arc et un vendeur d’outils de construction. Vous allez embaucher quelques malheureux dans un campement voisin et l’aventure commence.

Très vite, celui à qui vous avez assigné les outils de construction va bosser, il doit construire une palissade et une tour sur chaque côté de votre camp et les améliorer petit à petit en fonction de vos revenus. Quand à ceux à qui vous avez donné des arcs, la nuit, ils gardent les palissades et combattent les brigands et la journée, ils chassent et vous rapportent de l’or.

Le côté magique (ou extraordinaire, si vous préférez ce mot) de The Wild Age, c’est que tous les individus que vous embauchez sont honnêtes. Ils vous rendent au centime près ce qu’ils ont gagné.

Quelques points autour du jeu

The Wild Age compte 8 îles et sur chaque île, vous avez un objectif, par exemple, sur la première, il faut survivre 10 jours.

Pour revenir à votre village, après avoir assuré une bonne palissade et un nombre correct d’archers, il faut s’agrandir. Vous allez avoir un vendeur d’haches (pour les bucherons) et un vendeur de serpes (pour les fermiers … même si je pense qu’une faux aurait été mieux). Le bucheron coupe les arbres et vous permet de vous agrandir, quand aux fermiers, quand vous créez une ferme, vous pouvez en mettre trois et à chaque récolte, jackpot !

De la même manière que vous faites évoluer vos palissades et tours, n’oubliez pas votre feu de camp qui va devenir votre mairie ensuite.

Deux idées pour faire évoluer The Wild Age :
1/ Pour les îles créées par les joueurs (merci pour l’éditeur inclu dans le jeu), ça serait parfait de les partager sur le Workshop de Steam.
2/ Au niveau du bloc de pierre d’un culte païen, pourquoi ne pas construire une église ou une chapelle ?
Et puisque les prêtres ont pendant longtemps été les centres de savoir de l’Europe, pourquoi ne pas leur donner la possibilité de rechercher dans cette église des nouvelles technologies (arbalète, technologie de la pierre, technologie du fer, mineur de fer, mineur de charbon, etc).

Ma conclusion

Franchement, ce jeu indépendant est une vraie réussite. Tout est bien fait ici, le design (graphisme et musique), la programmation, le scénario, les idées, la jouabilité… bref, c’est un vrai chef d’oeuvre.

Alors ? Il est évident que je vous conseille d’acquérir The Wild Age dans la boutique de Steam, vous ne pouvez pas le regretter car ce sont des heures et des heures de jeu en perspective.

The Wild Age est disponible en accès anticipé depuis le 7 mars 2019 sur Steam (Microsoft Windows). La version définitive devrait être disponible pour fin 2019.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]