Eternity: The Last Unicorn est un jeu de rôle et d’action développé par le studio brésilien Void Studios et publié par 1C Entertainment.

Je pense ne pas me tromper en affirmant que c’est le premier jeu de Void Studios sur Steam. Le résultat est excellent. Il y a quelques petites faiblesses ici ou là, mais globalement, c’est du bon boulot.

Quand à 1C Company, vous les connaissez. Ils publient régulièrement de très bon jeux et le dernier que j’ai eu l’occasion de tester et écrire dessus s’appelle Re-Legion (sorti en janvier 2019). Sans vouloir faire de la réclame pour un autre jeu, il faut posséder Re-Legion, c’est un jeu extraordinaire que j’adore !

Mais revenons Eternity: The Last Unicorn qui se déroule sur Terre à une époque très très lointaine, une époque où la Terre est parcouru par des monstres, où la magie est une réalité, où les Dieux sont plus proches de leurs fidèles, où les elfes existent, …

Une chose importante avant de parler du jeu en lui-même, Eternity: The Last Unicorn se base énormément sur la mythologie nordique et quand j’écris énormément, je veux écrire complètement !

Introduction à Eternity: The Last Unicorn

Álfheim est la demeure de Freyr, le dieu de la fertilité. Álfheim se traduit dans l’ancienne langue scandinave par le « pays des elfes ».

Maréa, (Nerthus ??) déesse de la nature, remet aux elfes quatre licornes. Les elfes gagnent ainsi l’immortalité.

Un jour, trois licornes disparaissent, la quatrième est retrouvée gravement blessée et maudite… la sorcellerie est à l’oeuvre.

Effrayés de perdre leur immortalité, les elfes remettent leur destinée entre les mains de leur championne, Aurehen et c’est vous qui la jouez !

Dans un temple, vous trouvez la dernière licorne et une déesse vous ouvre la porte vers le monde des dieux pour trouver le remède.

Quelques points autour du jeu

En combattant, en ramassant, en fouillant, vous trouverez des objets pour la fabrication d’armes, des plantes pour vous soigner et d’autres que vous devez pouvoir vendre.

En soignant les maudits (la touche CTRL gauche), vous obtiendrez des sortes de gemmes rouges, cela vous servira de monnaie quand vous rencontrerez un marchand.

Avancez, progressez et n’oubliez pas de sauvegarder car si vous mourrez, c’est bête de recommencer à zéro.

Après avoir joué à Eternity: The Last Unicorn, j’ai trois points qui me dérangent à signaler :
– la caméra, c’est gonflant de n’avoir aucun contrôle dessus surtout quand il y a des gros plans et qu’Aurehen se trouve à la limite de l’écran, j’ai découvert avec surprise qu’elle se faisait attaquer là où je ne voyais rien… soit vous donnez un contrôle sur la caméra, soit vous évitez les attaques en lâche !
– les touches, bon, tout ou presque se contrôle avec la touche E, pourquoi pas, mais pourquoi avoir remplacé la touche ESC par le SHIFT gauche ???
– enfin, mon plus gros problème, c’est le tutoriel mal fait. J’ai passé je ne sais plus combien de minutes sur les différentes attaques, mais rien pour expliquer les points de vie, la montée de niveau, l’utilisation de tous les matériaux récupérés.

Ma conclusion

Globalement, ce jeu indépendant est très bien, mais, je dois l’avouer, il y a plusieurs petits points qui méritent d’être corrigés pour rendre ce jeu de rôle parfait !

Alors, évidemment que je vous conseille d’acquérir Eternity: The Last Unicorn dans la boutique de Steam ou bien dans la boutique de Gamesplanet (interlocuteur français, prix moins cher). Ce jeu de rôle et d’action va plaire, sans aucun doute, à tous les amateurs du genre !

Eternity: The Last Unicorn est disponible depuis le 5 mars 2019 sur Steam (Microsoft Windows) et sur console (PlayStation 4). La version sur Xbox One devrait suivre prochainement.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]