Never Give Up est un jeu de plateformes développé par le studio anglais Massive Monster et publié par Armor Games Studios.

Vous vous rappelez du studio Massive Monster, il y a environ un an, j’ai testé leur premier jeu sur Steam (The Adventure Pals sorti le 3 avril 2018) et maintenant, voilà que je me penche sur le second. Quand à Armor Games Studios, c’est un acteur incontournable des jeux indépendants sur ordinateurs.

D’ailleurs, notez qu’à l’époque où Armor Games était un acteur incontournable des jeux flash, Massive Monster sortait régulièrement des petits jeux en flash qui devenaient des succès et Never Give Up était l’un d’entre eux.

Introduction à Steel Rats

Vous jouez un « stickman » (« stickman » est le terme anglais pour désigner un homme-bâton ou aussi appelé homme-allumette) bleu portant autour de son cou une écharpe rouge (histoire de se donner un style … franchement ridicule). Ce stickman est en train de faire un gros cauchemar.

Il cauchemarde qu’il est immortel et qu’il doit traverser des zones composées de pièces de plus en plus dangereuses.

La première, ça va encore puisqu’il doit juste sauter au dessus d’une fosse remplie de piques. Mais, très vite, ça se complique avec l’apparition de laser, de missiles à tête chercheuse, de scies circulaires, de fosses remplies d’acide, de lance-flammes, de haches se balançant de gauche à droite, etc.

Et pour rendre les choses encore plus difficiles, il y aura des sauts, des doubles sauts, des sauts sur les murs, des glissades, des vols planés et n’oublions pas des téléportations dangereuses.

Avec Never Give Up, vous allez mourir et encore mourir, c’est d’ailleurs pour ça que ce style de jeu est appelé un « die and retry » (en français, « mourir et recommencer »).

Quelques points autour du jeu

Je dois avouer que je n’ai pas compris l’utilisation de tous les éléments de Never Give Up, il faut dire que nous n’avons pas vraiment le temps de se poser et de regarder ce qui nous entoure. Par exemple, la potion (le truc violet à côté du nombre de morts), je ne sais pas à quoi elle sert et je ne sais même pas comment l’utiliser.

Vous trouverez dans chaque pièce un jeton qui vous permettra de débloquer de nouvelles tenues pour votre stickman quand vous avez le montant qu’il convient. Par exemple, la première tenue à débloquer coûte 3 et permet d’obtenir celle de pharaon.

Un élément important, c’est la difficulté. Il y a trois niveaux. Le premier, simple, donne plusieurs points de sauvegarde dans chaque pièce. Le second, difficile, vous donne aucun point de sauvegarde dans chaque pièce (si vous mourrez devant la porte, il faudra recommencer la pièce à zéro). Le troisième niveau de difficulté vous donne une seule vie par zone, c’est à dire que si vous mourrez dans la pièce 4 (sur 5), et bien, vous allez devoir recommencer à la toute première pièce.

Pour l’intégration des éléments Steam, il y a les succès et les copies écran. Pour les cartes, je suppose qu’elles vont arriver par la suite, Never Give Up vient juste de sortir !

Ma conclusion

J’aime beaucoup ce jeu indépendant. J’ai découvert quelques références à d’autres jeux et films comme Portal ou Harry Potter. J’imagine qu’en faisant plus attention ou en allant plus loin que moi dans les pièces, vous en trouverez plus.

Alors, il est évident que je vous conseille d’acheter Never Give Up dans la boutique de Steam, si ça ne vous dérange pas de mourir à la chaîne et que vous êtes d’une nature persévérante, ce jeu est définitivement fait pour vous !

Never Give Up est disponible depuis le 13 août 2019 sur Steam (Microsoft Windows et Mac) et sur console (Nintendo Switch).

[Total : 0    Moyenne : 0/5]