Queen’s Wish: The Conqueror est un jeu de rôle développé et publié par le studio Spiderweb Software.

Avant de parler du jeu, je voudrais dire quelques mots sur le studio Spiderweb Software. Derrière ce studio fondé en 1994, il n’y a qu’une seule personne en charge de l’intégralité des jeux (bon, sauf pour certains graphismes où il fait appel à des professionnels). Spiderweb Software est le spécialiste des jeux de rôle « retro ». Il a déjà à son actif plusieurs trilogies (plus d’une vingtaine de jeux) : Avernum (composé de deux trilogies donc 6 jeux), Avadon et maintenant Queen’s Wish dont je teste maintenant le premier épisode de la trilogie : Queen’s Wish: The Conqueror.

Introduction à Queen’s Wish: The Conqueror

Vous jouez le dernier enfant (femme ou homme, cela change rien en soit) de la Reine Sharyn. Nous supposons que le Roi est mort. Votre frère ainé est respecté de tous, c’est un vrai héros avec des talents de magicien et c’est le prétendant au trône. Votre soeur, la seconde dans la succession, est adorable comme tout, mais il n’y a pas plus intelligente, c’est pour ça qu’elle est le bras droit de la Reine, votre mère.

Quand à vous, et bien, vous êtes le dernier et vous vous prédestinez à profiter de la vie, de votre fortune sans lever le moindre doigt. Que pouvez-vous demander de plus ? … rien !

Il est midi, vous vous êtes couché à l’aube (comme d’ordinaire) quand quelqu’un frappe bruyamment à votre porte. C’est votre soeur, elle vous annonce que la Reine votre mère vous convoque à l’instant dans la salle du trône.

La Reine décide de vous envoyer vers l’île de Sacramentum pour redresser la situation. Sacramentum se situant très loin (trois mois en bateau), l’influence de l’Empire d’Haven n’a fait que décroitre et les trois Royaumes vassaux de Sacramentum ont repris leur indépendance en dépit des pactes signés.

Vous êtes donc envoyé par magie (en utilisant un portail, c’est instantané) à Sacramentum et plus particulièrement au dernier fort que contrôle l’Empire.

Quelques points autour du jeu

Pour la suite de l’histoire, vous la découvrirez vous même, voici quelques points importants.

Tout d’abord, il ne s’agit pas uniquement d’un jeu de rôle avec des discussions et des combats. Vous avez aussi à reconstruire votre base (le dernier fort de l’Empire) et pour cela, il faut trouver des ressources, préparer l’emplacement et construire le magasin que vous voulez y mettre (et interagir avec par la suite, ce n’est pas juste de la décoration).

L’histoire peut évoluer dans deux sens différents. Vous êtes un fils obéissant, aimant et fidèle à son Royaume ou bien vous êtes lâche, fourbe et n’attendez qu’une chose, faire un bébé dans le dos à votre Reine. Selon les décisions que vous prendrez dans Queen’s Wish: The Conqueror, vous allez remettre en état Sacramentum pour Haven ou pour vous.

L’île de Sacramentum est divisé en quatre zones, celle que vous reprenez se trouve au centre des trois autres. Dans un premier temps, il s’agit de reprendre complètement votre zone, chasser les brigands, réclamez tous les villages, massacrez ceux qui en font à leur tête et bien sûr, faire rentrer les ressources dans votre base. Ensuite, il faudra s’occuper des vassaux les uns après les autres.

Un point intéressant, si un personnage de votre équipe meurt pendant une mission, à la fin de celle-ci et au retour de votre base, celui ou celle-ci revient à la vie !

Pour les éléments Steam, tout est là que ce soit les succès, les cartes et les prises écran. Parfait !

Ma conclusion

Ce jeu indépendant est excellent, mais, quelque part, c’est normal. Les réalisations de Spiderweb Software sont toujours de très bonne qualité.

Alors, il est évident que je ne peux que vous conseiller d’acheter Queen’s Wish: The Conqueror dans la boutique de Steam, surtout si vous aimez les jeux de rôle !

Queen’s Wish: The Conqueror est disponible depuis le 11 septembre 2019 sur Steam (Microsoft Windows et Mac).

[Total : 0    Moyenne : 0/5]