Last Regiment est un jeu de tactique développé et publié par le studio singapourien Boomzap Entertainment.

Vous vous rappelez du studio Boomzap Entertainment ? J’avais eu l’occasion de tester leur excellent jeu de stratégie : Legends of Callasia, sorti le 10 juin 2016. Je suppose qu’il n’y a rien eu de très marquant pendant ces trois années et maintenant, voici le studio avec un chef d’oeuvre en puissance : Last Regiment.

Concernant la catégorisation du jeu, le studio insiste sur le fait que c’est un « jeu de stratégie », je préfère dire « jeu de tactique » qui est en soit une sous-catégorie de la précédente. En tous les cas, nous sommes tous deux d’accord que c’est du tour par tour.

Enfin, je tiens à préciser que lorsque j’ai joué à Last Regiment, le jeu était à ce moment là en accès anticipé.

Introduction à Last Regiment

Généralement, une campagne, c’est une grande voire une très grande histoire où vous jouez un personnage que vous suivez tout au long de la campagne. Dans Last Regiment, il n’y a pas une très grande histoire mais cinq courtes aventures (divisées pour chacune en plusieurs scénarios) se déroulant dans le même monde avec un personnage (héros / héroïne) différent pour chaque histoire.

Dans les unités que vous contrôlez, il y a le héros, les soldats (combat au corps à corps ou à distance) et les ouvriers.

Les ouvriers permettent de construire et d’améliorer vos bâtiments. C’est important de les améliorer car ça vous rapporte principalement plus d’or chaque tour et pour les villes, de posséder plus d’unités sur le terrain. L’ouvrier peut aussi obtenir des cartes.

Pour les soldats (comme les ouvriers, d’ailleurs), le recrutement se fait à partir des cartes que vous avez et ça coûte de l’or. Deux cartes similaires mises l’une sur l’autre permet de rendre plus puissante votre unité. Il y a d’autres cartes que vous pouvez utiliser sur vos unités (ou votre héros) et qui rajoutent des points de vie, de la défense, etc.

Globalement, l’objectif dans chaque scénario est d’éliminer toutes les unités ennemis et de récupérer tous les bâtiments.

Un point que j’ai beaucoup utilisé donc qu’il me semble nécessaire de préciser, vous pouvez soigner vos unités blessées en les mettant sur un de vos bâtiments et en les passant en mode repos. Attention, vos unités au repos n’ont aucune défense en cas d’attaque.

Quelques points autour du jeu

Last Regiment vous propose différents modes de jeu. Il y a la campagne (que nous avons vu plus haut), le skirmish (« les escarmouches » en français qui opposent deux ou trois joueurs -les adversaires sont joués par l’ordinateur-) sur une carte, le multijoueurs (où les adversaires sont joués par d’autres joueurs) et enfin un éditeur de terrain (où vous pouvez retrouver les cartes sur le Workshop de Steam).

Bien évidemment, la première campagne est beaucoup plus facile que la dernière. La difficulté est progressive et les aventures demandent un minimum de réflexion. Si une méthode ne fonctionne pas, pas la peine de s’entêter, essayez en une autre !

Pour les éléments Steam, les succès sont là, le Workshop est fonctionnel ainsi que les copies écran. Pour les cartes, je suis sûr que ça va suivre par la suite. Notez que Last Regiment est disponible uniquement en anglais.

Ma conclusion

Franchement, ce jeu est excellent mais ce n’est pas surprenant, Boomzap Entertainment est un très bon studio.

Alors, oui, je vous encourage à acquérir Last Regiment dans la boutique de Steam et surtout si vous adorez les jeux de tactique dans un monde médiéval fantastique.

Last Regiment est disponible depuis le 9 septembre 2019 en accès anticipé sur Steam (Microsoft Windows). La version définitive du jeu devrait être accessible courant 2020.

[Total : 0   Moyenne : 0/5]