Operencia: The Stolen Sun est un jeu de rôle de type « dungeon crawler » développé et publié par le studio hongrois Zen Studios.

Je crois que tout le monde connaît Zen studios, ils sont à l’origine de Pinball FX3 (sorti en septembre 2017). C’est un jeu de flipper célèbre (pour la qualité de sa réalisation) possédant une trentaine d’extensions (et donc de tableaux supplémentaires) à acheter.

Pour la catégorisation, comme tous les autres jeux de type « dungeon crawler », je l’ai classé comme un « jeu de rôle ».

Si vous vous demandez ce qu’est un « dungeon crawler » et bien, c’est un jeu se déroulant dans un donjon avec une vue en 3D à la première personne pour les déplacements et des combats « en ligne » (des lignes de gentils et des lignes de méchants) en fonction de votre rapidité.

Introduction à Operencia: The Stolen Sun

Le jeu commence avec un roi et une reine qui arrivent dans une de leurs régions pour fermer un portail vers les Enfers. Ils pensaient trouver un bataillon de soldats pour les assister mais ils ont été massacrés, il ne reste juste qu’un aventurier (surement un des habitants d’un village voisin). Ils vont fermer le portail, combattre des monstres et surtout affronter un dragon à trois têtes.

Et … Operencia: The Stolen Sun commence vraiment. Vous définissez en premier la difficulté du jeu, puis ensuite, vous créez votre personnage avec le choix de la classe (guerrier, archer ou magicien), votre image ainsi que votre sexe, votre origine (chaque région apporte des bonus spécifiques), vos caractéristiques, vos talents et pour finir, votre prénom.

Adolescent(e), vous faites régulièrement un rêve où vous explorez un château englouti. Vous dites « au revoir » à vos parents et suivez le chemin que vous voyez en rêve depuis si longtemps. Vous arrivez enfin au château. A peine êtes vous rentré que vous découvrez un cadavre (un homme) contre un pilier.

Pour faire rapide, vous allez vous lier d’amitié avec cet homme. Il s’appelle Joska, c’est un voleur et ne cache pas qu’il est venu dans ce château pour libérer des prisonnières, le Roi a promis une récompense. Joska vous accompagne et va vous apprendre plein de choses.

Le jeu a débuté.

Quelques points autour du jeu

Ce que j’apprécie dans l’inventaire, c’est la possibilité de laisser faire le jeu pour placer l’équipement au mieux. L’avantage, c’est qu’ainsi il n’y a pas à se demander si telle ou telle paire de gants est mieux que celle portée actuellement, par exemple.

Evidemment en combattant, vous gagnez de l’expérience. En montant de niveaux, vous gagnez des points à répartir dans les compétences et aussi un point de talent.

Régulièrement, vous allez trouver des feux de camp dans le donjon, c’est un lieu de repos dans la mesure où vous avez du bois de chauffage (cassez quand vous le pouvez des caisses). Lorsque vous vous reposez, vous regagnez vos points de vies et votre mana. Vous pouvez aussi faire une sauvegarde du jeu… on ne sait jamais !

Une autre chose, Joska possède des sortilèges de soin, il est donc complémentaire avec le (ou la) combattant(e) que vous avez créé.

Pour les éléments Steam, Operencia: The Stolen Sun n’a pas encore de cartes (mais ça ne devrait pas tarder) mais a des succès et le jeu est traduit dans neuf langues différentes, dont le français. Merci.

Ma conclusion

J’aime beaucoup ce jeu indépendant. J’avoue que ça fait longtemps que je n’ai pas eu un « dungeon crawler » entre les mains. J’ai pris du plaisir à jouer avec, surtout qu’il faut reconnaître qu’il est très bien réalisé que ce soit pour le graphisme, la programmation, l’histoire, la jouabilité, … bref, un bon jeu !

Alors, oui, je vous encourage à acquérir Operencia: The Stolen Sun dans la boutique de Steam sans attendre, vous allez adorer ce jeu, je n’en doute pas ! Bon, si vous aimez aussi les « dungeon crawler » et les jeux d’ambiance médiéval fantastique, ça aide.

Operencia: The Stolen Sun est disponible depuis lie 31 mars 2020 sur Steam (Microsoft Windows) et sur consoles (PlayStation 4, Xbox 1 et N. Switch).

[Total : 0   Moyenne : 0/5]