Rising Lords est un jeu de stratégie au tour par tour développé et publié par le studio allemand Argonwood.

Ce jeu est la première réalisation du studio Argonwood et je peux dire qu’il est vraiment talentueux comme studio.

Pour la catégorisation, je suis pleinement d’accord sur le fait que Rising Lords est un « jeu de stratégie ». Bon, il y a quelques éléments de tactique ou de simulation / gestion de ville, mais la stratégie reste l’élément principal et moteur de ce jeu. De même, le jeu se situe à l’époque médiéval en Europe occidentale.

Je tiens à signaler que lorsque j’ai joué à Rising Lords, il était encore en accès anticipé, dans une version alpha, je suppose. Globalement parlant, Rising Lords est jouable, mais ça se sent qu’il manque des choses … logiques (comme une meilleure gestion de l’armée, par exemple) ou primordiales (comme un tutoriel ou une campagne).

Introduction à Rising Lords

Comme il n’y a pas de campagne (donc pas d’histoire), j’ai joué une partie (un scénario) où je suis seul face à deux autres joueurs dirigés par l’ordinateur. Pour le dernier (il est possible de monter jusque quatre joueurs au total), je n’ai mis personne… un territoire neutre.

Par défaut, les réglages au niveau du scénario sont à faible pour les ressources, les armes et la prospérité, j’ai tout passé au maximum. De même, pour les joueurs contrôlés par l’ordinateur, il y a plusieurs configurations possible et j’ai mis ce qui semble le moins dangereux (endormis). Pour rappel, avec l’absence de tutoriel, il faut découvrir Rising Lords sur le tas.

Au commencement, j’avais une ville (appelée Dublin), un chateau et 10 paysans. La première des choses à faire est de disperser les paysans. J’en ai mis un sur la mine de fer, un autre sur la carrière de pierre, un autre sur le camp de bucherons, un sur l’élevage de moutons, un aussi sur l’élevage de boeufs, et deux sur les zones à débroussailler. Pour les derniers, je les ai envoyé vers la taverne, ça permet de faire que les paysans (d’une manière globale) voient la vie du bon côté.

Par la suite, j’ai construit des habitations supplémentaires pour avoir plus de paysans et ainsi doubler les productions importantes (comme le bois) puis une forge pour construire des armes. Je les revends ensuite au marchand itinérant et peut commencer ainsi à me faire un pécule.

Quelques points autour du jeu

Avec l’or mis de côté, j’ai engagé des mercenaires. L’unité a été payée mais elle a disparue. Je pensais l’envoyer conquérir la zone neutre.

Plus tard, j’ai construit une armée (je ne vais pas vous raconter mes mésaventures), elle se déplace de point important en point important (ma ville au chateau puis à la frontière et … c’est tout, la frontière est un obstacle pour l’armée).

Je me répète, j’ai joué à une version alpha de Rising Lords, je ne suis donc pas surpris de voir que certaines choses ne fonctionnent pas ou ne sont pas logiques.

Concernant les éléments Steam, Rising Lords n’a pas de succès ni de cartes. Pour la traduction, le jeu est disponible dans 10 langues différentes dont le français (attention, certains mots / phrases / textes sont encore en anglais, surement rajoutés plus tard). Notez qu’il est possible de créer des scénarios et des campagnes pour le Workshop de Steam (avec l’éditeur mis à disposition), génial !

Ma conclusion

Ce jeu indépendant est plein de promesses. Aujourd’hui, il est encore un peu bancal, mais l’année prochaine, ça sera un plaisir de jouer avec, je n’en doute pas.

Alors, c’est évident, je vous encourage à acheter Rising Lords dans la boutique de Steam surtout si vous aimez tout ce qui est stratégie et encore plus la période médiévale.

Rising Lords est disponible depuis le 27 mai 2020 en accès anticipé sur Steam (Microsoft Windows). La version complète du jeu sera accessible courant 2021.

[Total : 0   Moyenne : 0/5]