Kingdom Two Crowns est un jeu de survie développé par les studios Coatsink et Fury Studios et publié par Raw Fury.

Je crois que vous connaissez tous l’éditeur, Raw Fury. Il est derrière de nombreux jeux de qualité. J’en est testé certains et je peux vous assurer que je vais en tester d’autres dans les mois qui viennent.

Kingdom Two Crowns est le troisième épisode de la série Kingdom. Le précédent était Kingdom: New Lands (sorti le 9 août 2016) que j’ai eu l’occasion de tester sur Graal il y a quelques années de cela.

Pour la catégorisation, ce n’est pas simple. Je l’ai classé comme un « jeu de survie » mais les studios le désignent comme un « jeu de micro-stratégie »… je dirais que c’est aussi un « jeu d’évolution » avec des constructions et des améliorations en continu… mais bon, je reste sur mon premier choix.

Bon, j’adore Kingdom Two Crowns mais je suis désolé, il y a tellement de choses à dire dessus, tellement de choses passionnantes qui se déroulent (et encore, je n’ai pas tout vu, j’en suis persuadé) qu’il ne va pas être possible de tout aborder. Je vais donc partager avec vous mes premières impressions.

Introduction à Kingdom Two Crowns

Vous jouez soit un Prince, soit une Princesse (c’est à vous de choisir). Vous êtes une personne très déterminée et très conservatrice, vous savez ce que vous voulez et personne ne vous obligera à faire quelquechose que vous refusez. Alors, lorsque la Reine votre mère vous a dit qu’il était temps de vous marier, vous avez profité de la nuit pour prendre votre cheval, dérober une bourse remplie de pièces d’or, sauter avec votre cheval dans un bateau et partir loin, loin de ce royaume où personne ne veut vous laisser profiter de votre vie et de votre jeunesse.

Après plusieurs jours de navigation au hasard (vous savez boire, jouer mais pas diriger un bateau, chacun son truc), votre bateau s’explose sur les rochers d’une île (vous apprendrez ça ensuite), voilà votre nouveau chez vous, votre royaume à vous.

Très vite, vous découvrez qu’il n’y a rien sur cette île, il va tout falloir construire par vous même (enfin, faire construire car il est hors de question 1/ de se salir les mains et 2/ de descendre de votre cheval).

Vous fondez votre capitale au niveau d’un feu de camp avec quelques pièces d’or. Ça attire automatiquement deux artisans, un fabricant d’outils et un autre d’arcs. Vous voyez deux vagabonds, vous les engagez (avec des pièces d’or, évidemment), l’un va devenir votre homme à tout faire (en s’équipant des outils) et l’autre un chasseur (n’oubliez pas, l’arc).

L’homme à tout faire va construire une palissade et des tours de garde, quand à votre chasseur, il va chasser et vendre le produit de sa chasse (il vous donnera l’or, il est très honnête) et le soir venu, il va agir comme garde et protéger votre capitale des attaques des monstres.

Il y a quelques camps de vagabonds, en y allant régulièrement, vous pourrez en donnant une pièce d’or embaucher de nouvelles personnes (avec un maximum de deux nouvelles personnes par jour).

En agrandissant votre capitale, rapidement, un autre artisan s’installe proposant des équipements pour les fermiers. Et oui, vous allez avoir plusieurs fermes dans votre base !

Et ça, ce n’est que le début de la première île.

Quelques points autour du jeu

Sur la première île, vous allez reconstruire votre bateau. Avec la cloche à côté, vous allez demander à des chasseurs et des hommes à tout faire de votre rejoindre pour aller sur la seconde île où vous aurez tout à recommencer mais aussi (et surtout) vous trouverez vos premiers joyaux.

Avec les joyaux, vous pouvez sur chaque île débloquer des choses différentes comme par exemple un cerf pour vous déplacer au lieu du cheval, la mine de pierre pour passer de l’âge du bois à l’âge de pierre, des améliorations pour chacune de vos professions, de nouvelles professions, etc.

Justement, avec les nouvelles professions, il y a le chevalier qui va vous permettre de monter une armée (de soldats) et de ne plus vous défendre mais d’attaquer l’ennemi.

Il y a deux extensions (DLC) qui sont donnés gratuitement. La première est Kingdom Two Crowns: Shogun qui vous plonge dans le Japon médiéval et Kingdom Two Crowns: Dead Lands vous plonge dans le monde du jeu de rôle Bloodstained.

Pour les éléments Steam, il y a des succès, Kingdom Two Crowns est traduit dans 11 langues différentes (dont le français, merci) et pour les cartes, ça ne va pas tarder, je vous assure !

Ma conclusion

Ce jeu indépendant est une merveille, oui, rien que ça. Si vous avez encore à envisager le confinement ou des vacances scolaires (ou une période de chômage), je vous assure, c’est le jeu à posséder et vous passerez des heures et des heures dessus.

Alors, c’est évident, n’attendez pas, achetez de suite Kingdom Two Crowns dans la boutique de Steam, vous ne le regretterez pas !

Kingdom Two Crowns est disponible depuis le 11 décembre 2018 sur Steam (Microsoft Windows, Mac et Linux), sur consoles (PlayStation4, XBox One et Nintendo Switch).

[Total : 0   Moyenne : 0/5]