Metamorphosis est un jeu de plateformes développé par le studio polonais Ovid Works et publié par All in! Games.

Ce n’est pas le premier jeu du studio Ovid Works et je vous rassure, ce n’est pas leur dernier, non plus. En tous les cas, il y a une chose dont nous pouvons être sûr, c’est que le studio est talentueux et qu’il est donc conseillé de garder un oeil dessus et sur leurs prochaines réalisations. Quand à l’éditeur All in! Games, nous en parlons régulièrement sur Graal, ils sont derrière des jeux tous plus passionnants les uns que les autres.

Concernant la catégorisation de Metamorphosis, ce n’est pas simple. Dans un premier temps, je l’ai mis comme « jeu de réflexion », puis « jeu d’aventure » pour retenir finalement « jeu de plateformes ». Tous les trois sont exacts, mais avec ce que j’ai joué, j’ai passé la plupart du temps à sauter encore et encore et encore.

Est-ce que Metamorphosis est un jeu en accès anticipé ? Non… et pourtant, quand vous regardez la page de présentation du jeu, j’ai eu l’impression d’avoir entre les mains une pré-pré-pré alpha version du jeu. Je vous rassure, ce n’est pas le cas, de la même manière qu’il ne faut pas juger un livre sur sa couverture, c’est pareil pour un jeu et pourtant, c’est ce que tout le monde fait !

Introduction à Metamorphosis

Tout d’abord, il me semble important de signaler que Metamorphosis s’inspire de l’oeuvre de Franz Kafka : La métamorphose. Pour résumer rapidement l’histoire, Gregor Samsa, un jeune représentant de commerce, se transforme en cafard dans sa chambre dans le domicile de ses parents. Il décide de se laisser mourir de faim au grand soulagement de sa famille.

Dans Metamorphosis, vous jouez toujours Gregor Samsa. Vous avez fait la fête hier soir avec votre ami Joseph et avez décidé de dormir chez lui. Au matin, vous découvrez que vous n’êtes pas trop en forme (les conséquences de l’abus d’alcool) pour finalement réaliser que vous êtes devenu un cafard.

Autant dans La métamorphose, Gregor vit très mal d’être devenu un cafard (en plus il semble que ce soit un cafard de taille humaine), autant dans Metamorphosis, c’est un fait et vous décidez de vivre avec.

La première chose que vous faites est de rejoindre Joseph dans sa chambre pour découvrir un policier en train de fouiller partout.

Quelques points autour du jeu

Votre cafard, enfin vous, peut marcher, courir (en appuyant sur SHIFT) et sauter (avec ESPACE). Vous pouvez aussi grimper et marcher sur les parois verticales dans la mesure où vous avez préalablement enduit vos pattes de colle (marcher dedans, tout simplement). Il vous faudra alors appuyer sur le bouton droit de la souris pour que ça fonctionne. Attention, vous ne collez pas indéfiniment… dépêchez vous ou évitez les grandes promenades.

Aller sur le sol à certains moments est mortel. Au début, je pensais que c’était la chute qui faisait mal, mais ensuite, je suis descendu de plateforme en plateforme pour faire un petit bon sur le sol (histoire de découvrir tout le travail de modélisation), je suis tout de même mort !

Ça me semble tellement évident que j’hésite à en parler. Je trouve génial cette vision du monde en tant que cafard. En tant qu’humain, le tellement petit est ignoré et le tellement grand inimaginable. Dans Metamorphosis, le petit est une réalité et tout ce qui est grand, un risque potentiel.

Pour les éléments Steam, les succès sont là et la traduction est effective dans 10 langues différentes, dont le français. Merci. Pour les cartes, j’espère que ça ne va pas tarder.

Ma conclusion

Ce jeu indépendant est excellent. J’espère qu’ils vont prendre le temps de finaliser le tout début, c’est important ce genre de détail.

Alors ? Bien sûr que je vous encourage à acheter Metamorphosis dans la boutique de Steam. Tout le monde aime F. Kafka et donc tout le monde doit soutenir ce jeu là.

Metamorphosis est disponible depuis le 12 août 2020 sur Steam (Microsoft Windows) et sur consoles (PlayStation4, Xbox1 et Nintendo Switch).

[Total : 0   Moyenne : 0/5]