Iron Harvest est un jeu de stratégie en temps réel (RTS) développé par le studio allemand KING Art et publié par Deep Silver.

Je ne sais pas si vous vous rappelez du studio KING Art, mais il est derrière plusieurs jeux extraordinaires. Quand à l’éditeur Deep Silver, même s’il est indépendant, il fait parti de la société Embracer Group plus connu sous le nom de THQ Nordic.

Pour la catégorisation, c’est un « jeu de stratégie en temps réel » (RTS) d’influence diesel punk. Iron Harvest est une uchronie, c’est à dire que c’est une histoire, un jeu se basant sur l’Histoire de notre monde avec à un moment donné une coupure où les choses partent dans un sens différent.

Introduction à Iron Harvest

L’histoire se déroule principalement en Pologne appelé ici Polonia. Les autres acteurs sont les forces soviétiques (appelées Rusvietique) et allemandes (appelées Saxonie). En 1920, la guerre fait rage (une fois de plus) entre les Rusvietiques et la Saxonie, la Polonia étant au milieu, elle se trouve forcément impliquée.

L’histoire commence avec une jeune fille, Anna Kos, elle a (je suppose) une douzaine d’années. Elle fait une bataille de boules de neige avec d’autres enfants. Ayant le dessous, son grand frère, Janek, vient l’aider. Ensemble, ils se promènent et devant l’insistance d’Anna, Janek lui apprend à tirer. Alors qu’ils se trouvent menacés par un énorme ours, des soldats poloniens dans des armures de combat leur sauvent la vie. Janek les conduit chez son père.

S’apprêtant à rentrer, Anna découvre un jeune ourson. Elle décide de le recueillir étant indirectement responsable de la mort de sa mère. Arrivée chez son père, Anna apprend que son frère Janek a décidé de s’engager dans l’armée polonienne.

Nous sommes cinq ans plus tard, la guerre est terminée (enfin, les russvietiques et la Saxonie ont signé un armistice), Janek n’est jamais rentré, il est mort. Anna est désormais une jeune femme et l’ours Wajtek l’accompagne souvent. Alors qu’ils sont dans la forêt, Anna surprend des troupes rusvietiques et se retrouve à les combattre.

Le jeu commence.

Quelques points autour du jeu

Le jeu est composé de trois parties, la première est Polonia, les autres sont Rusvietique et Saxonie. Chaque partie (qui se suivent d’ailleurs) donne un regard différent dans le jeu.

Wajtek, l’ours, en plus d’être un tank (dans le sens où il fonce toujours au contact dans les combats, qu’il attire les coups et donne de grosses mandales) peut réapparaître s’il meurt et surtout, il soigne les unités blessées (y compris Anna).

La Première Guerre Mondiale a été une vraie boucherie et s’est caractérisée par l’apparition des tranchées, de l’utilisation du gaz et de l’aviation, mais surtout, par la naissance et l’utilisation des chars de combats. Dans Iron Harvest, les ingénieurs sont allés plus loin puisqu’il y a des armures de combat (dont certaines sont énormes en taille), des canons portables, etc.

Pour les éléments Steam, vous pouvez trouver des succès et la traduction dans 13 langues différentes dont le français, Merci. Pour les cartes, il faut patienter un peu.

Ma conclusion

Ce jeu indépendant est une merveille (potentiellement un jeu du prochain TOP 5 des meilleurs jeux de l’année 2020) dans tous les sens du terme, que ce soit pour l’histoire, pour le graphisme, la programmation, la réalisation, la jouabilité, …

Alors, bien évidemment, je vous encourage à acheter Iron Harvest dans la boutique de Steam. Si vous n’avez pas les fonds à votre disposition, sachez que Noël arrive bientôt, alors ajoutez Iron Harvest dans votre liste de souhaits et n’oubliez pas de donner le nom du jeu à vos par… je veux dire au Père Noël.

Iron Harvest est disponible depuis le 1er septembre 2020 sur Steam (Microsoft Windows), la version console du jeu est attendue pour plus tard, surement courant 2021.

[Total : 0   Moyenne : 0/5]