As Far As The Eye est un jeu de simulation développé par le studio français Unexpected et publié par Goblinz Studio.

Vous connaissez le studio Unexpected, il est derrière le jeu épisodique looK INside et dont le second épisode va sortir d’ici un mois ou deux (novembre ou décembre 2020 comme annoncé par le studio) et le troisième courant 2021. Quand à l’éditeur Goblinz Studio, il me semble qu’il n’est plus nécessaire de le présenter aujourd’hui, c’est l’éditeur (mais aussi développeur) de jeux indépendants qui monte, qui monte.

Pour la catégorisation d’As Far As The Eye, au début, je l’ai considéré comme un « jeu de survie » mais, je me trompe surement, un « jeu de survie » a pour moi des germes de violence qui sont tout simplement inexistants dans As Far As The Eye. Je suis donc revenu au choix du studio (qui est le bon mais en l’améliorant), As Far As The Eye est un « jeu de simulation de voyages ».

Introduction à As Far As The Eye

J’ai commencé la campagne et chaque chapitre est une histoire différente me faisant découvrir petit à petit toutes les subtilités du jeu… c’est une sorte de grand tutoriel.

Certains affirment que Noë est une légende, voire une fable… que nenni et la preuve, c’est As Far As The Eye (même si ça aurait été mieux de l’appeler As far as Noë). Dans le jeu, le déluge arrive et les différentes tribus nomades de la planète n’ont pas été convoquées par Noë pour aller sur l’arche (il fallait choisir et il a préféré prendre sa famille). La seule solution est de rejoindre l’endroit appelé « l’oeil » où les tribus seront en sécurité.

Les tribus sont composées d’une caravane (un gros pachyderme) et de pupilles (des ouvriers – femmes ou hommes -). Bon, les inactifs (les anciens, les enfants, les invalides, …) ne sont pas comptés mais je suppose qu’ils sont là.

Pour atteindre « l’oeil », le voyage peut se faire en plusieurs étapes (tout dépend de l’éloignement de la tribu). Pour chaque parcours jusqu’à l’étape suivante, vous devez récupérer certains matériaux (bois, pierre, laine, nourriture, etc). Une fois que vous avez la quantité qu’il faut, vous pouvez valider le chemin jusqu’à l’étape puis vous occuper ensuite du parcours suivant.

Quelques points autour du jeu

Lors de votre halte pour récupérer les matériaux nécessaires, parfois, c’est suffisant de prendre des éléments de base, mais la plupart du temps, il faut qu’ils soient travaillés. Pour cela, vos pupilles en pratiquant se forment (je veux dire qu’à force de bosser comme fermier, un pupille aura des talents dans l’agriculture et ses récoltes seront meilleures qu’un autre sans talent). Vous aurez aussi la possibilité de construire des bâtiments, nécessaires pour améliorer ou tout simplement produire certaines ressources.

Je vous rappelle, As Far As The Eye est un jeu non violent. Si vous rencontrez une tribu de passage, envoyez un pupille, vous pourrez peut être faire des échanges ou pourquoi pas, récupérer un pupille qui s’emmerde chez eux ! De la même manière, si une ressource n’est pas disponible dans votre zone, créez un marché et procédez à un échange par ballons (vous envoyez vos produits avec ce que vous demandez en retour et … ça viendra).

Ah, je me demande pourquoi ce déluge, pourquoi avoir mis fin à ce monde si pacifique pour créer le notre si petit, si mesquin, si violent.

Dans l’état actuel des choses, As Far As The Eye compte les succès Steam et la traduction dans 8 langues différentes dont le français. Pour les cartes, ça ne va pas tarder.

Ma conclusion

Ce jeu indépendant est bien, très très bien, même. J’ai commencé à y jouer et je reconnais que j’ai eu des difficultés à m’arrêter, mais bon, c’est un lourd fardeau que portent les bons jeux… et ils ne sont pas si nombreux que ça, je vous rassure.

Alors ? Bien évidemment que je vous encourage à faire l’acquisition de As Far As The Eye dans la boutique de Steam, ce sont des heures de divertissement en perspective et rien que pour ça, ça le mérite.

As Far As The Eye est disponible depuis le 10 septembre 2020 sur Steam (Microsoft Windows)

[Total : 1   Moyenne : 5/5]