WARSAW est un jeu de rôle tactique historique développé par le studio polonais Pixelated Milk et publié par Gaming company.

Pour le studio Pixelated Milk, ce n’est pas son premier jeu et ça se voit. WARSAW est une vraie réussite. Quand à l’éditeur Gaming company, il a publié à ce jour que deux jeux, mais deux excellents jeux !

Pour la catégorisation, nous sommes tous d’accord sur le fait que c’est un « jeu de rôle tactique et historique au tour par tour ».

Pour le côté historique, WARSAW fait référence à la Seconde Guerre Mondiale et au soulèvement de la ville de Varsovie (oui, Warsaw est le mot anglais pour Varsovie) en Pologne contre l’occupant nazi.

Il faut dire que la Pologne a dès le début de la guerre était prise entre deux feux… en septembre 1939, les nazis et les soviétiques se partagent le pays. En 1942, les nazis déclarent la guerre aux soviétiques et occupent totalement la Pologne. L’Armia Krajowa (AK – la résistance polonaise) lance début aout 1944 l’insurrection de Varsovie qui se termine début octobre 1944 avec la mort de 200.000 personnes. Pendant ce temps, l’armée soviétique attendait aux portes de la ville l’élimination de cette résistance non communiste.

Introduction à WARSAW

Vous jouez Krzysztof (un résistant), Jadwiga (une secouriste) et Kazimierz (un brigand). Ensemble, ils vont accomplir jour après jour des opérations pour soutenir l’insurrection de Varsovie.

Bien évidemment, si l’un ou l’une d’entre eux vient à mourir, c’est définitif. De la même manière, s’ils reviennent blessés d’une mission, ils devront rester plusieurs jours dans l’hôpital le temps de se remettre. Heureusement, de nouveaux résistants vont arriver, de même, il est possible d’engager des recrues.

J’ai l’impression qu’il y a beaucoup de choses générées aléatoirement dans WARSAW, c’est une bonne chose, ça permet de le jouer et de le rejouer encore sans trop de répétitions.

Ma première mission a été de détruire deux mortiers nazis… ça s’est plutôt bien passé même si le dernier mortier les combats se sont terminés aux couteaux chez moi (je n’avais pas pris assez de munitions). Lors des combats, vous avez trois actions (une pour chaque unité) mais vous pouvez pour une raison ou une autre, faire combattre certaines unités deux fois (au dépend d’une autre). Chaque unité utilise une de ses compétences. Par exemple, mon résistant et brigand étaient en avant à se battre et la secouriste, plus loin en arrière, à soigner.

Quelques points autour du jeu

Les combats ne sont pas tout dans le jeu. Il faut aussi gérer votre base. Par exemple, à chaque fois, vous avez plusieurs missions répartis dans différents quartiers. En intervenant dans une mission, les autres secteurs ont personne pour agir ou au moins les défendre… résultat, les nazis gagnent une bataille. Je vous rassure, il faut beaucoup de batailles pour qu’ils récupèrent un quartier !

De la même manière, vous gérez vos unités… leur inventaire et la manière dont vous dépensez vos points d’expérience en compétences. Dans votre base, vous avez aussi une boutique pour acheter des équipements, des armes, etc.

Pour les éléments Steam, WARSAW a l’ensemble : les succès, les cartes et la traduction dans cinq langues différentes dont le français. Merci. Notez que le jeu est traduit aussi en allemand et en russe.

Ma conclusion

Ce jeu indépendant est franchement fabuleux. J’aime beaucoup la manière dont il a été réalisé, le fait de mélanger la stratégie et l’histoire. En tant que français, cet évènement de l’histoire me semble très lointain, mais je me doute que pour tous les polonais, cette période est terriblement tragique.

Alors, c’est évident que je vous encourage à acheter sans tarder WARSAW dans la boutique de Steam. C’est tout simplement un superbe jeu qu’il vous faut posséder !

WARSAW est disponible depuis le 2 octobre 2019 sur Steam (Microsoft Windows) et sur consoles (Playstation4, Xbox1 et NintendoSwitch).

[Total : 0   Moyenne : 0/5]