Wargroove est un jeu de tactique développé et publié par le studio anglais Chucklefish.

Je pense que vous connaissez le studio Chucklefish que ce soit en temps que développeur de jeux ou bien comme éditeur. Il est derrière toute une série de jeux, tous plus excellents les uns que les autres et la preuve est là avec Wargroove.

Wargroove est catégorisé par le studio au niveau de sa page dans la boutique de Steam comme un « jeu de stratégie », tout simplement. De mon côté, je vois plutôt cela comme un « jeu de tactique » même si je sais pertinemment que la tactique est une sous-catégorie de la stratégie.

Introduction à Wargroove

Dans le tutoriel, vous jouez une femme-chatte qui s’infiltre dans un chateau blindé de gardes, qui en tue quatre d’entre eux et se trouve face à face avec le roi et l’élimine.

Quand au Roi, avant sa mort, il est vieux, gâteux, indécis et tout simplement faible (pour ne pas dire à l’article de la mort).

Ensuite, nous découvrons la princesse héritière du Royaume de Cherryblade, elle s’appelle Mercia. Sa tenue ainsi que celle des personnes l’entourant est de la même couleur que celle du Roi (mort) et de ses gardes. Justement, un garde arrive et annonce la mort du Roi, c’est l’oeuvre du Royaume de Felheim qui est composé de vampires.

Le roi a été tuée par une femme – chatte – vampire !!

Nous sommes quelques mois plus tard et Mercia est la nouvelle Reine de Cherryblade. C’est vous (le joueur) qui la jouez. Elle s’est préparée (en notre absence) au conflit avec Felheim. Justement, des éclaireurs mort-vivants ont été repérés, elle y va accompagnée de son tuteur et de plusieurs soldats.

La guerre a commencé.

Quelques points autour du jeu

Au début, ce sont plutôt des escarmouches qu’il va falloir gérer pour petit à petit arriver à des batailles (mais ne vous attendez pas à des faces à faces de dizaines de milliers de combattants, pas à ce point). Par la suite, chacun des royaumes va faire appel à des alliés et il faudra soit les contrôler ou soit les affronter.

Quand j’ai joué à Wargroove, j’ai eu l’impression d’avoir un jeu d’échec entre les mains, bon, une évolution du jeu d’échec. Au niveau du déplacement des unités, il n’y a pas de règles spécifiques, mais au niveau des combats, que ce soit à votre niveau ou celui de votre ennemi, il y a des règles à connaître pour maximiser vos coups (et surement pour éviter ceux de vos adversaires aussi).

Notez la présence d’une extension gratuite appelée Wargroove: Double Trouble qui vous rajoute une campagne à jouer en coopération, des cartes, des missions, des unités, des commandants, etc.

Sinon,je n’ai pas eu l’occasion de le tester, mais il est possible de jouer en local ou par Internet contre d’autres joueurs lors de batailles. Vous êtes quatre, chacun choisit son camp et que le meilleur gagne !

Au niveau des éléments Steam, Wargroove compte des succès, des cartes et la traduction dans onze langues différentes dont le français. Merci !

Ma conclusion

Globalement, ce jeu indépendant est très bien (même si le graphisme est pixelisé mais je leur pardonne), ce que j’apprécie par dessus tout, ce sont les bonnes idées, il y en a un nombre impressionnant.

Alors, si vous aimez tout ce qui est tactique et stratégie, je ne peux que vous conseiller d’acquérir Wargroove dans la boutique de Steam, ce sont des heures et des heures d’amusement en perspective.

Wargroove est disponible depuis le 1er février 2019 sur Steam (Microsoft Windows) et sur consoles (PlayStation 4, Xbox 1 et NintendoSwitch).

[Total : 0   Moyenne : 0/5]