J’ai découvert Helium Games en écrivant une actualité sur leur jeu Bazalth : don’t trust the signs. Ce jeu m’a tout simplement conquis et Quentin Ghion du studio belge Helium Games a été d’accord pour répondre à mes questions.

 

Graal : A chaque fois que je regarde le trailer du jeu, j’apprécie le contraste mis en place entre les gloupsies d’un côté et les démons de l’autre. Quelles ont été vos influences dans la création du jeu et des personnages ?

Quentin Ghion : Le processus de création est plus complexe qu’il n’y paraît. En tant que jeune boite, on a dû se construire autant du point de vue structurel qu’au point de vue de la direction artistique de nos futurs jeux.

C’est comme ça que notre premier projet a fait naître l’idée d’une marionnette, qui elle-même s’est transformée en Gloupsy pour notre second projet « Light Puppet ». Nous avons décider de garder ces petites créatures fort sympathiques et de construire un univers autour. Et là sont apparu les démons, résultat d’une volonté d’incarner pour une fois un personnage généralement vu comme un ennemi dans l’industrie du jeux vidéo.

C’est comme ça que tous les éléments de l’univers ont été mis en place, parce qu’on avait envie d’offrir quelque chose de particulier dans un esprit d’humour décalé.

 

Graal : La première fois où j’ai vu Bazalth, j’ai pensé à Hellboy. Ils ont vraiment beaucoup de points en commun ensemble. C’est une coïncidence ?

Quentin Ghion : Il a des cornes et il est rouge, comme 90% des démons, mais non il n’a aucun lien particulier avec Hellboy. Cela dit, je ne cache pas qu’il a fait partie des références, comme beaucoup d’autres démons, mais peut être moins connus.

C’est un processus logique et humain de comparer ce qui est nouveau avec ce qui est connu, certains on aussi comparé les Gloupsies au Teletubbies, alors on ne s’en fait pas trop ! *rire*

 

Graal : Comptez-vous sortir Bazalth: Don’t trust the signs sur consoles ou plateformes mobiles par la suite ?

Quentin Ghion : Tout dépend du succès que rencontre le jeu, il n’est pas exclu de le sortir sur console un jour, voir même sur tablette, bien que pour le moment le gameplay n’y est pas adapté.

 

Graal : Peut-on espérer, par la suite, retrouver les aventures de Folm et Bazalth dans de prochaines aventures ?

Quentin Ghion : C’est un profond désir inavoué ! L’ univers que nous avons créé ne demande qu’à évoluer et s’enrichir de nouvelles aventures. Mais encore une fois tout dépendra des retours de notre communauté.

C’est elle qui nous guidera par la suite grâce aux échange sur Greenlight et les réseaux sociaux. C’est pour elle que nous créons des jeux.

 

Graal : Merci pour avoir répondu à mes questions.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]