Death Goat est un jeu de tir vu du dessus développé et publié par le studio Terminal Press.

Pour ce jeu, il est possible de le classer autrement en l’appelant un jeu de survie, par exemple. En effet, combien de temps tiendrez-vous avant de finir en charpie ? Ça peut être aussi un jeu de massacre… après, il faut se poser la question, qui massacre l’autre ? Au début, ça sera surement vous qui vous ferez pourchasser par les monstres en tous genres et plus vous avancez dans le jeu, plus ce sont les pauvres monstres qui vont fuir devant vous !

Death Goat peut être aussi considéré comme un jeu de type « twin stick shooter ». En effet, avec une manette, vous gérez le déplacement de votre personnage et avec l’autre, vous maîtrisez votre tir.

Introduction à Death Goat

Je vous le dit de suite, il n’y a pas d’histoire dans ce jeu. Il est possible de rédiger en quelques mots une introduction, pour vous mettre dans l’ambiance, la voici.

Vous jouez un individu exécrable et vous êtes banni dans une zone supposée désertique avec une seule arme à votre disposition. Evidemment, cet endroit sert aussi de dépotoir pour des déchets toxiques provoquant de nombreuses mutations sur ceux qui se trouvent ou se trouvaient dans ce lieu. Votre objectif va être de survivre le plus longtemps possible face à des créatures détestant l’humanité.

Soyez les bienvenus à Death Goat.

Quelques points autour du jeu

Quand vous commencez Death Goat, vous avez à sélectionner :
– le lieu où vous devez survivre (vous avez le choix entre le désert, l’étendue glacée et les ruines)
– l’ordure qui va devoir survivre (vous avez le choix entre un bouc, une sorcière, un chat humanoïde et votre belle mère en fauteuil roulant)
– la musique qui va vous bercer pendant que vous jouez

Je vous rassure, en progressant dans le jeu, vous débloquez des musiques, des personnages (enfin, je suis sûr pour un, beaucoup moins pour le des) et quand à la zone, je l’ignore.

Le point fort du jeu, c’est sa musique. Death Goat s’est assuré la collaboration de plusieurs groupes de hard rock / métal pour les aider. Ce sont 21 groupes qui ont mis une de leur chanson à disposition. Attention, ne vous attendez pas à trouver des groupes de premier plan, ce sont pour beaucoup des amateurs / indépendants (sans rien de péjoratif pour le terme amateur).

Pour accompagner le jeu, les auteurs ont sorti deux extensions contenant des musiques en bonus de certains groupes ayant participé au jeu. Il y a 7 pistes par extension.

Ma conclusion

Globalement, Death Goat est pas mal. Je ne peux pas le qualifier de chef d’oeuvre mais pour se divertir un bon moment et se changer les idées, c’est le jeu indépendant idéal.

Si les auteurs veulent sortir un autre DLC, je les invite à rajouter des zones où il est possible de jouer ainsi que d’autres personnages.

Si vous aimez les jeux où il faut massacrer ou se faire massacrer, si vous appréciez l’ambiance métal / enfer, si vous êtes un roi de la manette (car il est évidemment préférable de jouer avec une manette), enfin, si vous adorez quand le prix d’un jeu ne dépasse pas les 3 euros, alors, c’est le jeu qu’il vous faut. Vous pouvez acquérir sur la boutique de Steam le jeu Death Goat, ne vous privez pas, c’est un excellent achat au niveau divertissement / prix.

Death Goat est disponible depuis début juin 2016 sur Steam (Microsoft Windows et Mac).

[Total : 0    Moyenne : 0/5]