Toricky est un jeu de gravité développé par le studio japonais Atelier Melon-Kissa et publié par OtakuMaker Studio.

Le studio définit Toricky comme un jeu rétro de plateformes. Pour moi, un jeu de plateformes consiste à ce que le héros du jeu saute de plateforme en plateforme. Ici, le héros du jeu est un oiseau (c’est d’ailleurs lui qui a donné le nom au jeu puisqu’il s’appelle Toricky) et un oiseau ne saute pas, il vole tout le temps. Si vous arrêtez de déplacer Toricky, celui-ci subit la loi de la gravité et tombe sur le sol. Donc, Toricky est un jeu de gravité (une catégorie souvent très proche des jeux de tir puisque la plupart du temps, c’est un vaisseau que nous jouons dans les jeux de cette catégorie).

L’histoire se déroule sur une autre planète où tous les animaux sont plus ou moins humanoïdes et parlent (ou s’expriment, au moins). Technologiquement, ils sont avancés sur certains points et la science côtoie la magie, le fantastique.

Introduction à Toricky

Toricky et Momo sont deux oiseaux. Pour vrai dire, Toricky est un oiseau de sexe mâle et de couleur verte, c’est l’aventurier, le pionnier, le casse-cou du duo alors que Momo est un oiseau de sexe femelle et de couleur rose, c’est la plus réfléchie, la génie, la cerveau des deux.

Toricky et Momo sont partis à l’aventure à bord de leur house-copter. Momo voyage pour le côté découverte et la stimulation intellectuelle et Toricky, pour l’aventure, l’action et le « loot », je veux dire les trésors !

La première rencontre qu’ils font n’est pas agréable. Ce sont des cochons pirates qu’ils retrouveront malheureusement tout au long de leurs aventures. Les cochons pirates envoient un missile sol-air qui touche l’house-copter et obligent nos deux héros à se poser en catastrophe.

Il découvre un lieu étrangement vide, des fruits permettant de gagner des points et de la vie et un joyau étincelant, un crystar !!

Le jeu commence.

Quelques points autour du jeu

La vidéo vous donne les quinze premières minutes du jeu. La mort de Toricky est stupide. J’aurais pu faire autrement, récupérer le crystar et jouer encore longtemps, mais, pour la vidéo, 15 minutes, c’est très bien.

En plus des cochons pirates, vous trouverez d’autres ennemis dans le jeu ainsi que de nombreux dangers. Les épines sont un de ces dangers. Pour les cochons pirates, faites ramasser un objet par Toricky et laissez le tomber ou assommer les ennemis avec, c’est efficace. Comme je l’ai précisé plus tôt, quand vous vous êtes pris des dégâts, manger ramène des points qui se transforment en vie.

La musique est un élément important du jeu. Elle a été composée par Hiroki Kikuta (Secret of Mana) et par Dale North (Dragon Fantasy Book II). Si vous aimez les jeux japonais, vous devez connaître ces deux compositeurs, sinon, je vous invite à découvrir la bande originale de Toricky sur Bandcamp.

Ma conclusion

Toricky est sans aucun doute un excellent jeu indépendant. Tout est bien fait que ce soit le design (graphisme et musique), que la programmation et l’histoire. Ce sont plus de 30 heures de jeu pour un bon joueur, alors pour quelqu’un comme moi, il est possible de multiplier le temps de jeu par au moins 2 !

Tout est là dans ce jeu, je n’ai rien à réclamer de plus… si, enfin, je n’ai peut être pas bien cherché, c’est le moyen de sortir du jeu. J’ai été obligé de quitter le jeu d’une manière brutale !

Si vous aimez les oiseaux, si vous n’appréciez pas trop les pirates et encore plus les cochons pirates, si vous vous sentez une âme de sauveur du monde, si vous ne savez pas résister à une excellente musique et un bon graphisme, alors, offrez-vous le ! Vous pouvez trouver ce bon jeu indépendant, Toricky, dans la boutique de Steam, faites vous plaisir !

Toricky est disponible depuis le 13 janvier 2017 sur Steam (Microsoft Windows, Mac et Linux).

[Total : 0    Moyenne : 0/5]