INTRODUCTION AU JEU

Personne n’a pu oublier l’époque de l’inoubliable Nintendo 64 avec ses jeux mythiques et pour autant un succès mitigé auprès des joueurs, une de ces perles était Banjo-Kazooie, un jeu de plateformes haut en couleurs qui s’est vu rendre un hommage par la sortie d’un jeu indépendant récemment Yooka-Laylee. Aujourd’hui c’est le studio « Beep Games » qui rouvre ses vieux tiroirs pour offrir un lifting à son jeu initialement sortie le 17 octobre 2003, un jeu de plateformes délirant avec une bonne dose d’humour ou l’on incarne une poupée vaudou (Vince) voulant aller sauver sa maîtresse capturé par Kosmos l’impénétrable (un esprit malveillant quoi que burlesque) qui est en réalité la propriétaire d’un magasin de sortilèges en tout genre, peu banal.

QUELQUES POINTS AUTOUR DU JEU

L’univers de « Voodoo Vince Remastered » tout à fait cartoonesque et loufoque s’inspire d’œuvres de Tim Burton, si vous avez vu « L’étrange noël de monsieur Jack », on s’en rapproche énormément. Les niveaux sont peuplés de pnj (personnage non jouable) avec qui l’on va pouvoir avoir des interactions afin qu’ils nous aident dans notre quête, du squelette qui joue de la trompette ou encore le scientifique fou qui veut construire un vaisseau révolutionnaire, on ne s’ennuie pas.

Le gameplay se veut au prime abord simple, voir simpliste, le personnage peut effectuer un double saut, faire une attaque simple en donnant des coups de poing et également une attaque de zone en tournant sur lui-même avec ses poings. Soyons honnête, le premier type attaque est tout bonnement inutile étant donné le nombre d’ennemis qui gravitent dans les niveaux, la deuxième attaque sera bien plus efficiente. Rajouté à cela Vince Dispose de pouvoirs dont la jauge spéciale se remplie via des globes qu’il récupère en tuant les ennemis, celle-ci pleine on pourra déclencher un super pouvoir qui « suicidera » (il revit juste après) Vince pour tuer tous les ennemis aux alentours, l’animation est diverse, parfois ce sont les martiens qui débarquent pour l’atomiser au rayon laser ou encore une tronçonneuse qui le tue et bien d’autres, cependant on ne pourra pas choisir entre les animations, cela dépendra des pouvoirs que l’on trouvera sur notre route.

Si le gameplay n’est pas forcément la force du jeu, son level-design est très ingénieux, dans tous les niveaux résideront des énigmes à résoudre s’appuyant uniquement sur le décor et les possibilités d’interaction avec celui-ci. Vous avez trouvez un chapeau costumé ? Allez au bal pour obtenir un prix, avec ce prix filez au marché noir pour récupérer la trompette, avec celle-ci vous pouvez apprendre à en jouer dans un concert pour interagir avec un personnage qui vous conduira à la suite mais les endroits n’ouvrent pas tous à la même heure et c’est à vous d’explorer pour trouver la solution.

Même les boss ne sont pas conventionnels, pour les tuer vous devrez trouver la bonne combinaison entre plusieurs objets et mécanismes tout en évitant de vous faire griller les fesses, très rafraichissant.

Rajouté à cela vous avez la possibilité d’emprunter toute sorte de véhicules, avions, voiture, sous-marin, train-fantôme qui viendront diversifier les phases de plateformes pures ainsi que les énigmes pour nous offrir des petits challenges non déplaisant.

Coté bestiaire c’est assez variée et on reste dans la même dose d’humour qui règne sur l’ensemble du jeu, autant par les répliques de certains protagonistes que par l’univers en lui-même, on peut y rencontrer des insectes volants, des pains d’épices vivants, des crapauds en furie, des « bad-guys », bref il y en a pour tous les goûts dans cet univers déjanté. On regrettera simplement l’absence de difficulté pour les vaincre même si ce n’est clairement pas la force du jeu mais on appréciera l’utilisation ingénieuse de ceux-ci pour débloquer certains passages comme ces animaux qui vous foncent dessus et explosent à l’arrivée.

Enfin les musiques sont très appropriées au jeu et au background, plutôt dynamiques et ayant ce côté fun et burlesque, elles apporteront la touche finale à un mélange d’humour, de cartoon, d’énigmes et de phases d’actions qui font le charme de ce jeu atypique.

CONCLUSION

Voodoo Vince Remastered n’est pas une révolution du genre mais a su clairement définir sa propre identité, en s’inspirant de la patte Tim Burton et en ayant un level-design très bien pensé, il saura rafraichir les joueurs en quête d’énigmes sans pour autant être bloqué pendant des heures mais aussi ceux qui aiment le challenge des jeux de plateformes. Doté d’un lifting récent qui permet de jouer en 1080p et 60fps, le jeu n’a pas mal vieilli et la direction artistique ainsi que les graphismes restent honorables (pour un jeu de 2003). Doté de beaucoup de bonus à trouver dans les niveaux et dosé de beaucoup d’humour, ce jeu vaut largement le prix de 14,99€ sur Steam pour une durée de vie d’une douzaine d’heures.

Voodoo Vince Remastered est développé et publié par le studio Beep Games et est disponible sur Steam (Microsoft Windows) depuis le 18 avril 2017.

[Total : 2    Moyenne : 5/5]