Crashlands est un jeu de survie développé et publié par Butterscotch Shenanigans.

Avant tout, je tiens à préciser que ce jeu a été pour moi une très agréable surprise. Je m’attendais à trouver un jeu de plateformes ou d’actions et je me retrouve devant un jeu de survie avec des tonnes d’option.

Que demander de plus ?

Introduction à Crashlands

Vous jouez un extra-terrestre s’appelant Flux Dabes et exerçant le métier de routier de l’espace. Evidemment, vous êtes qu’un employé motivé par des primes et des congés payés.

Votre vaisseau de l’espace se fait attaquer par une entité extra-terrestre très agressive. Cette chose détruit le vaisseau pour vous voler son moteur.

Il ne vous reste qu’une seule solution devant vous, récupérer les colis et foncer vers la capsule. Vous réussissez à vous échapper avec un robot (Juicebox) qui va vous être très utile par la suite. La capsule vous amène vers une planète toute proche où elle s’écrase sur la planète. Même si vous êtes un peu secoué, vous êtes intact, Juicebox aussi et à priori les paquets ne sont pas explosés.

Maintenant, il faut contacter votre employeur pour qu’il envoie un vaisseau pour vous récupérer vous et surtout les paquets que vous avez sauvé.

Malheureusement, même si vous avez un ordinateur fonctionnel dans votre capsule, il n’en reste pas moins qu’il va falloir recommencer tout l’évolution en vitesse accélérée.

Commencez à récolter des branches mortes et de l’herbe, vous allez pouvoir fabriquer les premières choses dont vous avez besoin, du plancher, des murs, une scie, un établi, des zones de culture accéléré. Tout est important mais l’établi est ce qui va vous permettre de construire d’autres objets en bois (comme une armure, des meubles, une arme, etc).

Le jeu a bien commencé.

Quelques points autour du jeu

Ramassez tout ce qui est ramassable. Au début, évitez les créatures vivants sur cette planète, vous pourrez petit à petit vous attaquer à elle en fonction de votre équipement et de votre armement, par la suite.

Avec le temps, vous allez pouvoir aménager confortablement votre base. Les auteurs parlent de plus de 500 objets à construire, rassurez-vous, tout n’est pas pour décorer votre chez vous, bien évidemment.

Pour résumer, il va falloir récolter, explorer, fabriquer, se téléporter et combattre.

Quand vous mourrez dans un combat, vous perdez ce que vous transportez et une tombe s’affiche. Votre personnage réapparait soit dans la base, soit au téléporteur le plus proche. Rien ne vous empêche d’aller récupérer l’équipement perdu et la pierre tombale (vous pourrez faire un petit cimetière à côté de votre base).

Une chose que j’adore, c’est qu’il est possible d’avoir un animal domestique. Bon, vous ne trouvez pas facilement des oeufs, mais quand vous en avez un, vous pouvez le mettre à couver et quand un bébé sort, il vous sera complètement fidèle.

Ma conclusion

Il n’y a que du bon dans ce jeu indépendant. Si vous aimez passer de longues heures à construire votre petit chez vous, à faire votre place sur une planète en massacrant les indigènes, alors vous allez aimer Crashlands car tout est bien fait. Le graphisme est sympa, la programmation est soignée et l’histoire est pleine d’humour.

Le seul ennui, c’est que le jeu est du 100% langue anglaise. J’aimerai bien le voir traduit, de même que les auteurs pensent à le porter sur Linux, ça serait sympa !

Si vous vous sentez une âme d’explorateur et de constructeur, si vous n’abandonnez jamais quand les difficultés s’amassent devant vous, si vous adorez les excellents jeux indépendants, si vous avez toujours rêvé d’avoir une sorte de rhinocéros comme animal domestique, alors, c’est le jeu qu’il vous faut ! Je vous invite à aller dans la boutique de Steam pour acquérir de suite ce très bon jeu, Crashlands et vous mettre à y jouer sans plus tarder, vous ne regretterez rien !

Crashlands est disponible depuis le 21 janvier 2016 sur Steam (Microsoft Windows et Mac). Il est aussi possible d’y jouer sur les plateformes mobiles (Android et iOS).

[Total : 4   Moyenne : 3/5]