SteamCity Chronicles – Rise Of The Rose est un jeu de tactique développé et publié par le studio FeelThere.

Vous savez, au début j’imaginais que le studio FeelThere avait avec SteamCity Chronicles – Rise Of The Rose réalisé son premier jeu. Et bien, ce n’est pas le cas. FeelThere est à l’origine d’une multitude de jeux et d’extensions sur Steam. Par contre, je vous assure que SteamCity Chronicles – Rise Of The Rose est bien le premier jeu que je possède de FeelThere.

Pour la catégorisation, le studio considère que c’est un « jeu de stratégie au tour par tour » avec une forte influence asiatique. Par asiatique, ils veulent dire quoi ? turc ? israélienne ? irakienne ? afghane ? indienne ? chinoise ? thaïlandaise ? De mon côté, je pense que SteamCity Chronicles – Rise Of The Rose est plus un « jeu de tactique » … oui, je sais, la séparation entre stratégie et tactique est quasi inexistante, c’est subjectif.

Introduction à SteamCity Chronicles – Rise Of The Rose

L’histoire se déroule dans un monde imaginaire ressemblant assez à celui que nous avions dans le milieu du XXème siècle.

Dans la ville de Kolonenberg, un souverain (le gouverneur Karl von Eschenbach) la dirige avec ses hauts, ses bas, ses très riches et ses très pauvres. La trop grande gentillesse du souverain fait que ses ministres en profitent, exploitants sans vergogne les classes les plus malheureuses de la ville.

Un jour, la société Yamagami organise un coup d’état (à priori, oui, elle avait une milice) et prend le contrôle de Kolonenberg. Les pourris (grands ou petits) sont exécutés. Tout le monde travaille, tout le monde mange à sa faim car la redistribution se remet à refonctionner avec une classe pauvre devenant une classe moyenne. Bon, d’un autre côté, il n’est pas autorisé de sortir des rails, les forces de police sont omniprésentes pour protéger les citoyens et empêcher les déviances.

La jeune fille de l’ancien souverain (Sophie von Eschenbach), devenue maintenant une femme (c’était un bébé au moment du coup d’état), a décidé de renverser la société Yamagami avec des nostalgiques du temps passé. Pour reprendre le pouvoir et le contrôle de la ville qu’elle estime être sienne, vous allez rassembler des mécontents et organiser la révolution !

Quelques points autour du jeu

Sérieusement, je n’ai pas joué très longtemps à SteamCity Chronicles – Rise Of The Rose. Peut être que j’ai mal compris l’histoire, mais jouant Sophie, je me suis débrouillé pour qu’elle soit une des premières cibles !

L’autre chose, c’est le jeu en lui-même. Il y a énormément de bonnes choses dedans, mais, au niveau de la réalisation, ce n’est pas complètement ça. Franchement, ça aurait été judicieux de le mettre en « accès anticipé » pendant 6 à 12 mois pour l’optimiser et corriger tout ce qui ne va pas.

Pour l’intégration des éléments Steam, il n’y a rien du tout… ni succès, ni cartes et la traduction, c’est en trois langues dont l’anglais.

Ma conclusion

Ce que je pense de ce jeu indépendant, et bien, c’est qu’il est possible de faire grandement mieux. Il y a eu une mise à jour il y a 2 mois, ça serait bien de passer au rythme de deux par mois, plutôt.

Alors ? Dans l’état actuel des choses, je vous conseille de plutôt attendre avant de faire l’acquisition de SteamCity Chronicles – Rise Of The Rose dans la boutique de Steam. C’est un studio de professionnels derrière ce jeu, ils vont corriger tout ce qui ne va pas !

SteamCity Chronicles – Rise Of The Rose est disponible depuis le 16 juin 2020 sur Steam (Microsoft Windows).

[Total : 0   Moyenne : 0/5]