Tears of Avia est un jeu de rôle développé par le studio anglais CooCooSqueaky et publié par PQube Limited.

Pour le studio CooCooSqueaky, c’est son premier jeu et dans sa globalité, c’est un très bon jeu de rôle. Il y a beaucoup de choses que j’aime dedans. Quand à l’éditeur PQube, vous le connaissez surement, j’écris régulièrement sur les jeux qu’il publie.

Concernant la catégorisation de Tears of Avia, il est précisé sur la page de la boutique de Steam que c’est un « jeu de rôle stratégique et tactique au tour par tour ». Je suis entièrement d’accord pour la partie « je de rôle », d’ailleurs, c’est ce que j’ai retenu. Quand à la stratégie et la tactique, j’ai trouvé cela limité … mais bon, ayant joué qu’au début du jeu, ça doit venir par la suite.

Introduction à Tears of Avia

Au début du jeu, vous choisissez votre personnage. Vous avez le choix entre la prêtresse, le chevalier, l’archère, le barbare et la magicienne. N’ayant pas envie de jouer du corps et corps et ni de la magie, j’ai retenu l’archère (ou la ranger en anglais). Notez que chaque personnage a sa propre introduction et ses propres arbres de talents.

La ranger est une bête de la forêt, elle vient régulièrement en ville vendre ce qu’elle a chassé et acheter ce dont elle a besoin (et à priori, ce n’est pas du maquillage !). Alors qu’elle s’apprête à repartir, elle voit sur la place de la ville un guerrier se battre contre des zombies. Elle va le voir, fait sa connaissance (Ranger Reina, enchantée … Guerrier Afren, content de te voir), combat avec lui contre d’autres zombies et ils se séparent pour trouver l’origine du problème.

Dans l’église, l’archère trouve la prêtresse gravement blessée (non, elle n’est pas décapitée) et reçoit les coordonnées de téléportation vers la vieille crypte à l’origine de la présence des zombies.

Elle y va avec Afren, ils combattent ensemble contre des morts-vivants et la ranger récupère un énorme joyaux. Le problème est résolu.

Quelques jours plus tard, vous allez à la bibliothèque pour en savoir plus sur cette pierre et vous apprenez que c’est une larme de je-ne-sais-plus-quoi et qu’elle est liée à une prophétie. Un démon exilé dans une autre dimension fait rechercher toutes les larmes pour revenir sur Terre et l’asservir. La seule solution consiste à les récupérer avant lui !

Quelques points autour du jeu

Vous partez dans la taverne rejoindre Afren et vous le découvrez avec d’autres aventuriers (tous ceux que vous n’avez pas sélectionné au tout début). Vous pouvez en choisir quatre (avec vous, cela fait cinq).

Pour chaque déplacement, vous vous téléportez, vous agissez et bien souvent vous combattez et puis vous revenez. La taverne est désormais votre base.

A la fin de chaque combat, vous récupérez de l’or et des équipements. Pensez à vous équiper.

Dans l’église, contre de l’or, vous pouvez recevoir des bonus des dieux.

Bien sûr, en montant de niveaux, vous pouvez faire progresser votre personnages dans ses arbres de compétence. Notez que vous gérez aussi ceux de vos camarades.

Tears of Avia a ce qu’il faut au niveau de Steam : les succès, les cartes et la traduction dans six langues différentes, dont le français ! Merci.

Ma conclusion

J’aime bien ce jeu indépendant. L’histoire tient la route, la programmation aussi et la graphisme est bien fait. Bon, parfois pour certains détails, je me suis dit que ça pourrait être mieux mais c’est un jeu indépendant.

Alors, oui, je vous conseille d’acheter Tears of Avia dans la boutique de Steam. Vous allez bien vous amuser avec, c’est évident.

Tears of Avia est disponible depuis le 15 octobre 2020 sur Steam (Microsoft Windows) et sur console (Xbox One).