Tales of Maj’Eyal est un jeu de rôle développé et publié par le studio français Netcore Games.

Si vous êtes un jeuderôliste à l’ancienne, vous allez adorer Tales of Maj’Eyal, par contre, si vous faites parti de la nouvelle génération de joueurs de jeu de rôle (vous savez, cette génération où le jeu doit être en 3D absolument et où il est nécessaire d’avoir un graphisme impeccable et non pas quelque chose de moyen), directement, je vous le déconseille, vous risquez d’être déçu.

Le point fort de Tales of Maj’Eyal, c’est l’histoire, la programmation et les possibilités que le jeu offre, ce sont des centaines d’heures de jeu en perspective (pour ne pas dire des milliers si vous faites les 3 volumes du jeu et si vous essayez l’histoire plusieurs fois pour jouer différentes classes et différentes races).

Le point faible, c’est clairement l’esthétique, le graphisme n’est pas à la hauteur du jeu. L’autre élément, c’est plus personnel, c’est parfois un trop plein d’informations. Il y a, par exemple, sur certaines armes trop de choses, je ne sais pas ce qui est important et ce qui ne l’est pas.

Introduction à Tales of Maj’Eyal

Je l’ai déjà dit, ce que j’adore dans les jeux de rôle, c’est la partie création du personnage. Pour certains, c’est un détail, pour moi, c’est une chose importante.

Avant tout, sachez que si vous jouez une femme ou un homme, ça ne changera rien à vos caractéristiques ni à l’histoire. C’est du politiquement correct que je trouve un peu triste.

Au moment de la création de votre personnage, vous avez le choix entre 7 races (dont 3 sont à débloquer) et plusieurs sous-races et 10 classes (dont 5 sont à débloquer) avec de nombreuses sous-classes (33 au total). Par exemple, il y a la classe magicien qui comprends les sous-classes alchimiste, archimage et nécromancien. Je me demande s’ils vont rajouter par la suite l’élémentaliste, le sorcier, le chaman, l’enchanteur, l’invocateur, etc. Mais ce n’est pas tout, vous choisissez aussi le niveau de difficulté du jeu et comment vous voulez gérer votre mort (vies infinies, vies limitées ou une seule vie).

Avant que le jeu commence, vous personnalisez votre personnage en ajoutant des points dans les caractéristiques (force, santé, dextérité, intelligence, …), des points dans les compétences de classe et des points dans les talents génériques (par exemple, lié à la race).

Une fois fait, l’histoire peut commencer.

Jusqu’ici, je joue qu’un seul personnage mais je suppose que selon la race, l’histoire est différente, je ne vais donc rien vous raconter.

Quelques points autour du jeu

Sachez que le jeu se déroule à deux niveaux : la carte où vous vous déplacez d’un donjon à l’autre et les donjons. Les donjons ne sont pas uniquement des monstres, portes, trésors. Il y a aussi votre ville qui est un donjon où vous rencontrerez des personnes mais surtout des marchands.

Vous évoluez dans un monde libre, mais, pour vous guider, vous avez des quêtes. Rien ne vous oblige à les suivre même si c’est conseillé pour donner une suite logique à l’histoire.

Le jeu se divise en plusieurs volumes (un peu comme un livre). Le jeu de base, Tales of Maj’Eyal, correspond au volume 1.

Tales of Maj’Eyal – Ashes of Urh’Rok correspond au volume 2 de l’histoire et il est sous forme d’extension.

Cette extension propose une nouvelle sous-race (chez les elfes), 2 nouvelles classes, 2 nouvelles zones, une tonne de textes, 20 artéfacts supplémentaires, etc.

Tales of Maj’Eyal – Embers of Rage correspond au volume 3 de l’histoire et s’achète sous forme d’extension.

Vous obtenez ici une nouvelle campagne (de niveau 1 à 50), 3 nouvelles races, 20 zones supplémentaires, 3 nouvelles classes, 70 nouveaux artéfacts, toujours une tonne de textes et plein d’autres choses.

Ma conclusion

Sincèrement, ce jeu indépendant est une petite merveille. Le graphisme serait plus travaillé, ça serait merveilleux, mais quelque part, ce n’est pas si grave que ça. Ce qui compte, c’est l’histoire et ses possibilités et là, Tales of Maj’Eyal est une vraie mine d’or. Un vrai joueur de jeux de rôle ne peut trouver que son bonheur avec ce jeu !

Si vous aimez les jeux de rôle (2D), si vous adorez avoir un immense choix dans la création de votre personnage, si vous aimez la flexibilité dans un jeu de rôle (possible de jouer de facile à ultra méga difficile), enfin, si un prix correct pour un super jeu est important pour vous, alors, foncez !

Si vous voulez tester et jouer à Tales of Maj’Eyal (le premier volume) pour 7 euros (et moins en période solde), achetez-le dans la boutique de Steam. Si vous me faites confiance et que vous voulez acquérir les trois volumes de Tales of Maj’Eyal, ils sont disponibles avec une remise sur Steam, faites-vous plaisirs.

Tales of Maj’Eyal est disponible depuis le 31 décembre 2012 sur Steam (Microsoft Windows, Mac et Linux). Le volume 2, Tales of Maj’Eyal – Ashes of Urh’Rok, est sorti le 27 octobre 2014 et le volume 3, Tales of Maj’Eyal – Embers of Rage, le 23 février 2016.

[Total : 0    Moyenne : 0/5]