Do Not Feed the Monkeys est un jeu expérimental développé par les studios espagnols Fictiorama Studios et BadLand Games et publié par Alawar Premium.

Que ce soit les deux studios (Fictiorama Studios et BadLand Games) ou bien l’éditeur de ce jeu (Alawar Premium), ils ont tous à leur actif de nombreux jeux indépendants. Par exemple, le jeu Distrust (sorti le 23 août 2017) publié par Alawar Premium a été classé troisième du TOP 5 2017 de Graal.fr !

La catégorisation de Do Not Feed the Monkeys est vraiment difficile. J’aurais pu le classer comme un jeu de réflexion (ce qui n’aurait pas été franchement inexact), mais, dernièrement, tous les jeux de réflexion auquel j’ai joué sont plus des jeux d’adresse ou de logique alors que Do Not Feed the Monkeys se rapproche plus d’un jeu d’investigation. Mais laissez moi vous en parler.

Introduction à Do Not Feed the Monkeys

Au début du jeu, vous choisissez votre avatar. Je sais, ça peut sembler un détail, mais je pense que c’est un élément utile à la sélection des « cages ».

L’histoire de Do Not Feed the Monkeys… vous avez un travail de merde où vous ne vous épanouissez pas du tout. Une de vos correspondantes sur Internet vous parle de son boulot, elle travaille de chez elle et plus elle bosse, plus elle gagne des dollars.

Le travail en soit consiste à espionner des gens ou des situations, obtenir des indices par rapport à ce que vous voyez ou écoutez, faire des recherches autour et résoudre les cas ainsi que répondre aux questions de vos employeurs et le tout de chez soit !

Par exemple, ma première « cage » était un homme dans un grenier avec un appareil photo équipé d’un gros zoom. Je n’ai pas trouvé qui est cet homme (son nom) mais ce que j’ai obtenu, c’est qu’il faisait des photos d’une jeune starlette dans des situations compromettantes et qu’il souhaitait la faire chanter. J’ai contacté l’agent de la starlette et voilà, cas résolu même si incomplet !

Quelques points autour du jeu

Mener des enquêtes, faire des recherches, ce n’est pas tout. Vous devez aussi faire attention à votre santé, vous nourrir, dormir, vous détendre et n’oubliez pas de payer votre loyer ! J’ai eu aussi un voisin qui voulait que je lui prête un peu d’argent, des témoins de Jéhovah qui m’ont donné une plante, …

L’endroit que vous espionnez est appelé une « cage », les individus évoluant dans votre « cage » des singes. Vous devez rester neutre dans votre enquête et surtout ne pas interagir d’une manière ou d’une autre avec les « singes »… mais qui peut résister ?

Des cages à surveiller, vous pouvez en avoir plusieurs, ça dépend de votre disponibilité et de vos fonds. En effet, chaque nouvelle cage à espionner vous coûte de l’argent !

Au niveau de l’intégration des éléments Steam, il n’y a rien à dire. Les cartes, les succès et les copies écran fonctionnent, que demander de plus ?

Ma conclusion

J’aime beaucoup ce jeu indépendant, il est bien fait et il y a, au moins, une tonne de bonnes idées et puis, il faut l’avouer il satisfait pleinement mon côté voyeur.

Alors, évidemment, je vous conseille de faire l’acquisition de Do Not Feed the Monkeys dans la boutique de Steam. Je l’adore ! En plus, son prix reste très correct par rapport à l’amusement que vous obtenez avec le jeu.

Do Not Feed the Monkeys est disponible depuis le 24 octobre 2018 sur Steam (Microsoft Windows, Mac et Linux).

[Total : 0    Moyenne : 0/5]