Kingdom Come: Deliverance est un jeu de rôle développé et publié par le studio tchèque Warhorse Studios.

C’est le premier jeu de Warhorse Studios et, à ce que j’ai pu lire, ils ont commencé à réfléchir sur Kingdom Come: Deliverance à partir de 2009.

Kingdom Come: Deliverance se veut un jeu de rôle historique. L’histoire se situe au XVème siècle dans le Saint-Empire Romain Germanique et plus particulièrement dans le Royaume de Bohême (ce qui correspond aujourd’hui quasiment à la République Tchèque).

Charles IV règne sur le Royaume de Bohême peuplé majoritairement de Tchèques et d’Allemands. C’est l’age d’or du Royaume. Pour nous ne savons quelle raison, Charles IV meurt et son fils Venceslas lui succède. Venceslas est tout l’opposé de Charles IV et donc un très mauvais roi, il est même surnommé l’ivrogne. Certains font appel à Sigismond, Roi de Hongrie, pour remplacer Venceslas.

Voilà, vous avez le contexte historique de Kingdom Come: Deliverance, maintenant, parlons du jeu en lui-même.

Introduction à Kingdom Come: Deliverance

Nous sommes dans le petit village de Skalitz et vous jouez le fils du forgeron, Henri (il doit être âgé de 16 ans, environ). Pour Henri, la vie est belle, son père est un notable, il habite donc à proximité du chateau et de plus, étant fils unique, sa voie est toute tracée.

Henri mène une vie insouciante. Il fait les 400 coups avec d’autres jeunes du village, il est fou amoureux de Bianca (la serveuse de la taverne) et apprend à manier l’épée avec un mercenaire de passage dans le village. Bref, tout va bien pour Henri et il se plaît à rêver de partir quelques temps pour découvrir le pays avant de reprendre l’affaire de son père.

Quand le village est attaqué par Sigismond et ses troupes. Son père se bat comme un damné mais est quand même tué, sa mère aussi ainsi que ses meilleurs amis du village. Pour Bianca, nous savons tous ce qui se passe pour une jeune femme quand les soldats ennemis arrivent.

Henri s’enfuit, il récupère un cheval, va prévenir le seigneur du village à côté et pour lui, l’aventure commence.

Quelques points autour du jeu

Même si votre roi, Venceslas, est un ivrogne, il reste tout de même votre roi. Henri va rejoindre les fidèles et combattre l’envahisseur. Bien évidemment, plus le temps passe, plus vous progressez dans les niveaux, plus vos compétences s’améliorent et plus votre équipement est de meilleure qualité (notez que même un petit bouc fait son apparition, voilà un homme !).

L’histoire se déroule dans un monde ouvert et vos missions s’effectuent dans l’ordre que vous leur donnez, l’objectif étant de les réaliser.

Un point important de Kingdom Come: Deliverance, ce sont les combats. A la base, ça se gère mais à partir du moment où vous comptez approfondir vos compétences en épée, là ça devient compliqué. Sinon, je vous rassure (façon de parler), il n’y aura pas que l’épée à apprendre à maîtriser.

C’est un jeu énorme par ses possibilités et pour en parler en profondeur, il faudrait une semaine de test et beaucoup d’heures de jeu et je n’ai ni l’un ni l’autre (désolé).

Cartes, succès, prises écran, tous les éléments Steam fonctionnent avec Kingdom Come: Deliverance, en plus, il est traduit en 10 langues différentes dont le français.

Ma conclusion

J’adore ce jeu indépendant, il est tout simplement fabuleux. Ce que j’apprécie le plus, c’est le côté réaliste, même si le Moyen Age est une époque violente. Ce qui m’impressionne le plus, c’est le travail de titans qui a été fait au niveau de la modélisation, c’est extraordinaire !

Alors, devez-vous ou non acheter Kingdom Come: Deliverance dans la boutique de Steam ? La réponse est évidente… bien sûr. Si le prix vous semble un peu élevé parce que vous êtes lycéen ou étudiant, guettez les soldes, il peut y avoir jusque du -50% !

Kingdom Come: Deliverance est disponible depuis le 13 février 2018 sur Steam (Microsoft Windows) et sur consoles (PlayStation 4 et Xbox 1).

[Total : 0    Moyenne : 0/5]